Problèmes d’allaitement, les substances présentes dans les produits courants peuvent être nocives

Les produits chimiques PFAS, qui sont présents dans de nombreux articles de la vie quotidienne, comme les casseroles ou les tapis, peuvent poser un problème pour la capacité des femmes à allaiter leur bébé. Selon l’étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology &amp ; Metabolism, les femmes présentant des niveaux plus élevés de PFAS dans leur organisme sont plus susceptibles d’arrêter l’allaitement prématurément.

Substances PFAS

Les substances PFAS sont des produits chimiques qui sont généralement utilisés dans diverses industries comme répulsifs pour l’huile ou l’eau. Ils sont principalement inclus dans les revêtements de nombreux produits courants. Plusieurs études ont montré que ces substances peuvent altérer le système endocrinien.

Les substances PFAS peuvent également s’accumuler dans l’organisme

D’autres recherches ont montré qu’ils ont tendance à ne pas se dégrader lorsqu’ils sont libérés dans l’environnement et qu’ils ont tendance à s’accumuler au fil du temps, y compris dans le corps humain lui-même.
Clara Amalie Gade Timmermann, professeur adjoint à l’université du Danemark du Sud, à Copenhague, auteur principal de l’étude, explique que les substances PFAS sont présentes dans le corps de presque tous les êtres humains du monde, précisément parce qu’elles peuvent s’accumuler.

Sevrage précoce non souhaité

Revenant sur la question de l’interruption de l’allaitement, la chercheuse explique que le sevrage précoce non désiré s’explique généralement par des facteurs psychologiques. Selon le chercheur, les facteurs psychologiques jouent sans doute un rôle important, mais cette étude montre qu’il faut également prêter attention à d’autres facteurs environnementaux.

Les données

Les chercheurs ont analysé les concertations entre le SFP et la prolactine de 1286 femmes enceintes, données issues d’une étude de cohorte danoise. Les données comprenaient des données sur la durée de l’allaitement dans les réponses à divers questionnaires.

Résultats

Les chercheurs ont constaté que les sujets présentant des niveaux plus élevés de PFAS dans leur organisme étaient 20 % plus susceptibles d’arrêter l’allaitement prématurément. Et nous savons tous combien l’allaitement est important pour la santé du bébé (mais aussi pour celle de la mère).

A ne pas manquer

Articles associés