Comment éliminer l’excès de potassium dans l’organisme naturellement ?

Nous l’avons vu dans notre précédent article sur l’hyperkaliémie, avoir un taux trop élevé de potassium dans le sang est dangereux pour la santé.

Les personnes souffrant d’hyperkaliémie sont souvent en insuffisance rénale, diabétiques ou en traitement de chimiothérapie. Ce sont aussi des patients qui peuvent avoir subi de graves traumatismes (brûlures) ou qui consomment tout simplement trop de potassium dans leur alimentation.

Dans certains de ces cas, il n’est pas possible, sans traitement, de faire diminuer le taux de potassium. Mais dans certains cas d’hyperkaliémie chronique, il est tout à fait possible de travailler sur votre taux de potassium. L’objectif médical est de le faire revenir à un stade normal de 3,6 à 5,2 millimoles par litre de sang.

Vous voulez savoir comment y arriver ? Toutes les solutions vous attendent dans cet article !

Travailler sur votre alimentation pour diminuer votre taux de potassium

aliments riches en potassium

L’apport journalier nécessaire de potassium est de 3 400 mg pour les hommes et 2 600 mg pour les femmes en bonne santé. Ce besoin peut facilement être comblé par une consommation régulière en fruits et légumes.

Par contre, si vous êtes en excès de potassium, il est essentiel que vous vous attardiez un peu plus sur la contenance en potassium de certains aliments. En effet, l’un des meilleurs moyens de réduire votre excès de potassium est de modifier votre alimentation !

Quels aliments riches en potassium devez-vous éviter ?

  • les fruits secs ;
  • les cacahuètes ;
  • l’avocat ;
  • le chocolat et le cacao ;
  • les frites et pommes de terre bouillies ;
  • les chips ;
  • les épinards, blettes, champignons et les choux de Bruxelles ;
  • le yogourt nature ;
  • l’abricot, la banane, le raisin, la datte, la figue, les prunes et pruneaux, l’orange et le pamplemousse ;
  • les tomates séchées, en purée ou pâte de tomates ;
  • les haricots (rouges et blancs), pois chiches, pois cassés et lentilles.  ;
  • le soja ;
  • le poulet et le bœuf.

Réduire votre consommation d’aliments riches en potassium est important si vous suivez un régime restreint en potassium. Notez néanmoins que ce qui compte est de maintenir votre apport total en potassium sous la limite fixée par votre médecin ou diététicien. Celui-ci est généralement de 2 000 mg de potassium par jour, voire moins.

Quels aliments pauvres en potassium devez-vous privilégier ?

  • les céréales raffinées (riz blanc, pâte, semoule) ;
  • les légumes cuits : haricots verts, carottes, poireau, courgette, navet, poivron, oignon, chou fleur, brocoli et aubergine  ;
  • les baies : fraises, canneberges et myrtilles ;
  • les pommes, pamplemousse, ananas ;
  • le pain blanc ;
  • les blancs d’œufs ;
  • le thon en conserve.

Quelles boissons riches en potassium devez-vous éviter ?

Le café, le jus de fruits ou de légumes (surtout les jus de fruits de la passion et de carottes), le vin, la bière, le cidre et le lait.

Nos astuces pour diminuer votre taux de potassium de manière naturelle

Lisez l’étiquette !

Lisez toujours les étiquettes nutritionnelles sur vos aliments. S’ils contiennent maximum 200 milligrammes de potassium par portion, ils sont considérés comme pauvres.

Vous devez comprendre ce que vous pouvez manger et savoir ce que vous devez réduire ou supprimer de votre alimentation.

La préparation de vos légumes

Si vous souhaitez manger un légume riche en potassium, vous pouvez éliminer une partie du potassium lors de sa préparation.

Prenons l’exemple des pommes de terre, patates douces, ignames, carottes, betteraves, courges d’hiver et rutabagas.

La Fondation du rein vous recommande de procéder de cette façon :

  • épluchez les légumes et coupez-les en petits cubes ;
  • rincez-les à l’eau tiède pendant quelques secondes et faites ensuite tremper les morceaux pendant au moins deux heures dans de l’eau tiède.

Volume d’eau nécessaire : 10 fois la quantité d’eau par rapport à la quantité de légumes ;

  • rincez à nouveau vos légumes sous l’eau tiède pendant quelques secondes.

La cuisson de vos légumes

Faites cuire vos légumes dans une quantité d’eau représentant cinq fois la quantité de légumes que vous avez. Faites-les bouillir et veillez à bien les égoutter dès qu’ils sont prêts. Ne consommez bien entendu pas l’eau dans laquelle vous avez fait bouillir les aliments vu que le potassium s’y trouve.

Vous pouvez ensuite préparer vos légumes normalement en les faisant frire, rôtir ou en les cuisant au four.

Attention au sodium

Le sodium est un ingrédient caché dans de nombreux aliments emballés, c’est pourquoi il est essentiel de bien lire les étiquettes lors de vos achats. Consommer trop de sodium peut augmenter l’effet de soif et conduire à boire trop de liquides “mauvais, ce qui est à éviter en cas d’insuffisance rénale.

Pourquoi ne pas remplacer le sel qui assaisonne votre plat par des herbes et autres assaisonnements qui ne contiennent ni sodium ni potassium ? Le sel de type chlorure de potassium est à bannir. Les substituts de sel, fabriqués à partir de chlorure de potassium, peuvent également augmenter votre taux de potassium sanguin.

Notez aussi que le jus a généralement une teneur élevée en sel, ce qui oblige le corps à retenir l’eau. Cela peut entraîner de nombreuses complications au niveau de vos reins.

On oublie les conserves !

Le saviez-vous ? Le potassium contenu dans les conserves s’infiltre dans l’eau ou le jus de la boîte. Utiliser ce jus dans votre cuisson ou le boire peut provoquer une augmentation de votre taux de potassium. Remplacez donc les fruits et légumes en conserve par du frais ou du congelé.

Si vous souhaitez quand même utiliser des aliments en conserve, assurez-vous de bien égoutter le jus et de le jeter. Rincez également bien la nourriture en conserve avec de l’eau. Cela permet de réduire la quantité de potassium que vous consommez.

Quels traitements suivre ?

Avec prescription de votre médecin, les diurétiques et les liants potassiques sont des médicaments courants capables de traiter l’hyperkaliémie.

Les liants de potassium permettent d’évacuer plus facilement le trop de potassium par les selles.

Si vous souffre d’hyperkaliémie aiguë et chronique, votre médecin peut vous prescrire des diurétiques qui ont pour effet d’augmenter le flux d’eau, de sodium et d’autres électrolytes comme le potassium hors du corps. Attention néanmoins aux effets secondaires comme la déshydratation, qui sont régulièrement observés lors de la prise de diurétiques.

En bref, misez sur une consommation de bons fruits et légumes, évitez les cuissons rapides du genre auto-cuiseur et limitez votre consommation en sel.

C’est facile et rien que d’y penser, votre corps se porte déjà bien mieux !

A ne pas manquer

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...

Articles associés

Découverte de composés dans le thé vert, la noix de muscade de raisin et le cacao qui peuvent bloquer les nouveaux coronavirus

Certains composés chimiques présents dans certains aliments ou boissons peuvent être utiles pour combattre le SRAS-CoV-2, le virus COVID-19, selon une étude réalisée par...

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...