Découverte de microbes qui se nourrissent de substances produites par des cataclysmes souterrains – Science News.co.uk

Un remarquable écosystème de type microbien vivant dans les profondeurs de la Terre et se nourrissant de substances chimiques produites lors de collisions continentales est décrit dans une étude intéressante dirigée par Karen Lloyd, professeur associé de microbiologie à l’université du Tennessee à Knoxville.

Lorsque les plaques, tant océaniques que continentales, entrent en collision, l’une est poussée sur l’autre et, au cours de ce processus, des quantités importantes d’éléments chimiques sont déplacées entre la surface de la Terre et son intérieur. « Les zones de subduction sont des environnements fascinants : elles produisent des montagnes volcaniques et servent de portails pour le mouvement du carbone entre l’intérieur et l’extérieur de la Terre », explique Maarten de Moor, professeur à l’université nationale du Costa Rica et autre auteur de l’étude.

Et ne pensez pas que les hautes températures, ainsi que les hautes pressions, impliquées dans de tels processus puissent nier l’existence de la vie : de plus en plus d’études et de recherches ont montré, au cours des dernières années, que des micro-organismes de toutes sortes peuvent vivre dans des environnements que nous n’aurions jamais envisagés, il y a encore quelques années, en termes de présence de vie. Et l’un de ces environnements est précisément la profondeur de la croûte terrestre, avec ses environnements très chauds, ses énormes pressions et, souvent, ses cataclysmes choquants.

L’équipe de chercheurs de l’université américaine a analysé des échantillons de certaines communautés microbiennes du sous-sol qui remontent à la surface via des sources chaudes. Ces systèmes microbiens présentent une caractéristique remarquable : ils sont capables de séquestrer de grandes quantités de carbone produit lors de la subduction. Il s’agit de carbone qui, autrement, se retrouverait dans l’atmosphère et augmenterait l’effet de serre auquel nous sommes exposés.

Cela signifie que la biologie pourrait influencer les flux de carbone à l’intérieur et à l’extérieur du manteau terrestre, ce qui oblige les scientifiques à changer leur façon de penser au cycle profond du carbone à l’échelle des temps géologiques », explique Peter Barry, scientifique à la Woods Hole Oceanographic Institution et autre auteur de l’étude.

Les microbes fabriqués par les chercheurs, appelés chimiolithoautotrophes, sont capables de produire de l’énergie précisément grâce au carbone et sans l’aide de la lumière du soleil, mais uniquement avec des produits chimiques qui se forment directement dans la zone de subduction. « C’est comme une vaste forêt, mais souterraine », explique encore Lloyd.
L’étude a été publiée dans Nature Geoscience.

A ne pas manquer

Articles associés