Découverte d’un traitement contre le diabète et les cellules sénescentes qui pourrait être « révolutionnaire ».

Une équipe de chercheurs de l’université du Connecticut a fait une découverte très intéressante concernant le diabète de type 2 et les futures tentatives de lutte contre cette maladie. Les chercheurs ont découvert que l’élimination des cellules anciennes et dysfonctionnelles, également appelées cellules « sénescentes », dans la graisse humaine pouvait atténuer certains symptômes du diabète de type 2 et éventuellement d’autres maladies métaboliques.

Le problème des cellules sénescentes

Comme le précise le communiqué publié sur le site de l’université américaine, les cellules du corps humain se renouvellent en permanence. Les cellules anciennes meurent et sont remplacées par de nouvelles. Si quelque chose ne va pas, les vieilles cellules endommagées continuent d’exister. Elles sont appelées « cellules sénescentes » et ne sont pas inoffensives car elles peuvent avoir une influence négative sur les autres cellules. Les influences négatives comprennent la modification de la façon dont les cellules traitent les sucres et les protéines.

Diabète de type 2 et cellules sénescentes : lien avec les graisses

Le diabète de type 2 semble avoir plusieurs liens avec le problème des cellules sénescentes et, comme l’ont découvert des chercheurs de l’université du Connecticut au cours de leurs études, ces liens semblent être particulièrement présents dans les cellules adipeuses.
Les chercheurs, dirigés par Ming Xu, ont fait des expériences sur des souris obèses et ont obtenu des résultats « spectaculaires ». La thérapie sur les souris obèses a si bien fonctionné que si elle fonctionnait de la même manière sur les humains, elle pourrait être qualifiée de « traitement révolutionnaire », selon le même communiqué.

Association de deux médicaments expérimentaux : dasatinib et quercétine

La méthode repose sur la combinaison de deux médicaments expérimentaux : le dasatinib et la quercétine. Lors d’expériences sur des cultures de cellules humaines en laboratoire, prélevées sur des tissus de sujets humains obèses, ces deux médicaments ont pu tuer les cellules sénescentes. Dans des expériences sur des souris, le tissu adipeux humain a provoqué des problèmes métaboliques sans traitement avec les deux médicaments. En revanche, chez les souris traitées avec les deux médicaments, les effets négatifs sur le tissu adipeux ont été presque totalement éliminés.

« Des médicaments peuvent rendre la graisse humaine saine ».

« Ces médicaments peuvent rendre la graisse humaine saine, et cela pourrait être fantastique », explique M. Xu. Des études cliniques, éventuellement à grande échelle, sont bien sûr attendues pour comprendre les effets sur le diabète de type 2 chez les sujets humains.
Parallèlement, les chercheurs se concentrent sur un groupe de cellules sénescentes qui expriment des niveaux très élevés de p21, un inhibiteur de la kinase dépendant de la cycline. C’est l’un des marqueurs les plus importants pour comprendre le niveau de sénescence cellulaire. Des expériences sur des souris montrent que l’élimination de ces cellules sénescentes (à l’aide des médicaments susmentionnés) une fois par mois a des effets très marqués sur le diabète.

A ne pas manquer

Articles associés