Des différences importantes entre les gènes des zones antérieure et postérieure de l’hippocampe

0
2076

Des différences définies comme « marquées » entre les zones antérieures et postérieures de l’hippocampe, une région du cerveau, ont été découvertes par une équipe de chercheurs de l’UT Southwestern et décrites dans une étude publiée dans Neuron.

Ces différences au niveau moléculaire nous amènent à considérer cette importante région du cerveau d’une manière tout à fait différente de ce que nous avons fait par le passé, comme l’explique Genevieve Konopka, professeur associé de neuroscience et l’un des auteurs principaux de l’étude avec Bradley C. Lega, professeur associé de chirurgie neurologique, de neurologie et de psychiatrie.
Habituellement, lorsque nous parlons de l’hippocampe, nous parlons d’une structure assez uniforme et d’une région qui joue un rôle très important dans les fonctions cérébrales de base, notamment la mémoire, la navigation spatiale et les émotions.

Dans le passé, certaines recherches avaient déjà montré des différences entre les deux extrémités de l’hippocampe, l’extrémité antérieure, tournée vers le bas, et l’extrémité postérieure, tournée vers le haut. On a émis l’hypothèse que l’extrémité antérieure est plus importante pour les émotions et l’humeur tandis que l’extrémité postérieure joue un rôle plus important dans la cognition.
Cependant, les chercheurs de cette étude ont évolué pour rechercher des différences dans l’activité des gènes entre ces deux zones de l’hippocampe et, précisément pour cela, ils ont analysé des échantillons d’hippocampe provenant de cinq patients qui avaient subi une ablation de cette région du cerveau pour traiter l’épilepsie. Les crises d’épilepsie, en effet, proviennent très souvent de l’hippocampe ; or les chercheurs ont trouvé ces tissus normaux au niveau anatomique.

Les chercheurs ont ensuite soumis ces échantillons d’hippocampe à un séquençage de l’ARN à noyau unique (snRNA-seq) pour analyser l’activité des gènes au niveau cellulaire. Les chercheurs ont constaté que l’activité de gènes spécifiques dans les neurones excitateurs (neurones qui déclenchent l’activation d’autres neurones) changeait de manière significative entre les zones antérieure et postérieure.
En comparant ces gènes à une base de données de gènes liés à des troubles psychiatriques et neurologiques, les chercheurs ont constaté que les gènes liés aux troubles de l’humeur, au trouble dépressif majeur ou au trouble bipolaire semblaient être plus actifs dans l’hippocampe antérieur, tandis que les gènes liés aux troubles cognitifs, comme ceux du spectre autistique, étaient plus actifs dans la zone postérieure. « L’idée que l’hippocampe antérieur et l’hippocampe postérieur représentent deux structures fonctionnelles distinctes n’est pas complètement nouvelle, mais elle a été sous-estimée en médecine clinique », explique le chercheur. « Lorsque nous essayons de comprendre les processus pathologiques, nous devons garder cela à l’esprit ».

Article précédentUn exosquelette facilite les fonctions intestinales des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière
Article suivantNouvelle technique de stimulation cérébrale par ultrasons focalisés permettant de manipuler les neurones
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.