Des exercices courts et plus fréquents pour interrompre la sédentarité, plus utiles pour les diabétiques

0
1991

Des exercices courts mais fréquents pour interrompre des phases prolongées en position assise peuvent être utiles pour stimuler les vaisseaux sanguins des patients diabétiques par rapport à des entraînements plus longs mais moins fréquents, selon une nouvelle étude publiée dans l’American Journal of Physiology-Heart and Circulatory Physiology.
L’étude, tirée de HealthDay, montre les résultats obtenus par l’équipe de recherche de Frances Taylor, doctorante en sciences de la motorisation sportive à l’Université catholique australienne de Melbourne.

Afin de comprendre comment le flux sanguin et la dilatation des mêmes vaisseaux sanguins chez les adultes obèses atteints de diabète de type 2 réagissaient à des exercices plus courts et plus fréquents ou plus longs et moins fréquents, il a organisé plusieurs expériences dans lesquelles les participants devaient rester assis pendant huit heures consécutives.
Puis, lors d’une deuxième phase du test, ils ont dû faire des pauses à partir de cette position assise en faisant trois minutes d’exercice. Les exercices comprenaient des accroupissements, des levées de jambes et de mollets et devaient être effectués toutes les 30 minutes.
Dans une troisième phase du test, ils ont donc dû faire des pauses avec des exercices de six minutes chacun.

Les chercheurs ont noté que la fonction des vaisseaux sanguins s’améliorait avec les deux types d’exercice, mais l’amélioration était plus significative avec un exercice toutes les 30 minutes. Cela suggère, selon les chercheurs eux-mêmes, que la fréquence des pauses dans l’activité physique pourrait être plus importante que la durée de l’exercice lui-même.
Il s’ensuit donc que pour préserver le flux sanguin vers les jambes, il faut probablement des interruptions plus fréquentes de la position assise plutôt que des exercices plus longs et des phases d’assise tout aussi longues.

Article précédentLe syndrome d’accumulation enfin reconnu comme un trouble mental
Article suivantSelon une étude, les végétaliens et les végétariens sont les plus exposés aux risques de fractures osseuses
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.