Des scientifiques découvrent des mutations qui accélèrent la progression de l’insuffisance cardiaque

Une équipe de chercheurs a découvert quel type de mutations acquises dans les cellules sanguines était responsable de l’accélération de la progression de l’insuffisance cardiaque dont souffrent des millions de personnes.

Les travaux, dont les conclusions ont été publiées dans The Journal of the American College of Cardiology (JACC), ont été menés par une équipe multidisciplinaire de scientifiques et de médecins du Centre national de recherche cardiovasculaire (CNIC) en Espagne et des hôpitaux espagnols Virgen de Arrixaca (Murcie) et Germans Trias i Pujol à Badalona (Barcelone).

L’insuffisance cardiaque est la première cause d’hospitalisation chez les personnes de plus de 65 ans et une cause majeure de mortalité, a souligné le CNIC, qui a estimé que les résultats de cette recherche ouvrent la porte au développement de thérapies personnalisées destinées aux patients présentant de telles mutations.

Chaque jour, une personne adulte génère des centaines de milliards de cellules sanguines, un processus nécessaire qui facilite néanmoins l’apparition de mutations dans les cellules responsables de leur production.

Ces mutations sont dites somatiques, car elles sont dues à des modifications acquises et non héritables de l’ADN de ces cellules progénitrices. Bien qu’il s’agisse le plus souvent de mutations inoffensives, les cellules qui en sont porteuses acquièrent parfois un avantage compétitif qui leur permet de se développer progressivement, ce qui donne lieu à des clones dans le sang – ce que l’on appelle « hématopoïèse clonale ».

Le chercheur principal de l’étude, José Javier Fuster, a précisé que les résultats suggèrent que ces mutations représentent un nouveau facteur de risque cardiovasculaire et expliquent pourquoi certaines personnes présentant apparemment un faible niveau de risque développent ces pathologies, en particulier dans la population adulte.

Dans des déclarations à l’EFE, M. Fuster a expliqué qu’à court terme, les résultats peuvent aider à identifier et à surveiller les patients présentant un risque plus élevé de souffrir de la progression de l’insuffisance cardiaque.

Et à long terme, atténuer les effets avec des médicaments anti-inflammatoires, même s’il a insisté sur le fait que cela prendra encore plusieurs années de recherche et d’essais cliniques.

Pratiquement toutes les personnes souffrent de ces mutations au cours de leur vie, mais l' »hématopoïèse clonale » ne se produit que chez certaines d’entre elles, a déclaré M. Fuster, qui a souligné l’importance d’identifier des stratégies (pharmacologiques ou liées au mode de vie) permettant de ralentir ce processus, voire de l’inverser.

Les chercheurs ont découvert que la présence de ces mutations acquises dans les cellules sanguines indique un risque élevé de progression accélérée de l’insuffisance cardiaque.

L' »hématopoïèse clonale » est directement liée au vieillissement, de sorte que plus les gens vieillissent, plus les risques de ce processus augmentent, a expliqué le Dr José Javier Fuster.

Le chercheur a rappelé que certaines études récentes avaient déjà montré que les personnes atteintes d’hématopoïèse clonale ont un risque plus élevé de développer des cancers hématologiques et de mourir, mais que ce décès n’est pas causé par la maladie oncologique, mais par des causes cardiovasculaires.

« Nous savons qu’il existe une relation claire entre l’hématopoïèse clonale et un risque accru de développer une maladie cardiovasculaire athérosclérotique, la cause ultime de la plupart des infarctus du myocarde et de nombreux accidents vasculaires cérébraux », a déclaré le Dr Domingo Pascual-Figal, chercheur externe du CNIC et cardiologue à l’hôpital universitaire Virgen de Arrixaca de Murcie.

Des travaux expérimentaux antérieurs menés par les chercheurs du CNIC ont montré que certaines mutations conduisant à une hématopoïèse clonale accélèrent le développement de l’athérosclérose et la progression de l’insuffisance cardiaque chez la souris.

Les chercheurs ont séquencé l’ADN génomique des cellules sanguines d’un groupe de patients atteints d’insuffisance cardiaque et suivis pendant plusieurs années afin de détecter la présence d’une hématopoïèse clonale et d’évaluer son lien éventuel avec la progression de cette maladie.

Les résultats, selon Fuster, soulignent que, quelle que soit l’origine de l’insuffisance cardiaque, « la présence de ces clones mutants dans le sang aggrave la progression de l’insuffisance cardiaque et en dégrade le pronostic. »

Plus précisément, a détaillé Pascual-Figal, les clones présentant des mutations dans deux gènes fréquemment liés à l’hématopoïèse clonale (le « TET2 » et le « DNMT3A ») ont déjà été associés à un risque accru d’hospitalisations et de décès dus à l’insuffisance cardiaque elle-même ».

« Les auteurs ont conclu que leurs résultats soutiennent l’idée émergente que l’hématopoïèse clonale est un nouveau facteur de risque cardiovasculaire et un lien pertinent entre l’âge et les maladies cardiovasculaires », selon le CNIC.

Cette recherche a été financée par la Fondation BBVA, l’Institut de santé Carlos III, le ministère des sciences et de l’innovation et la Fondation Seneca pour la science et la technologie de la région de Murcie.

A ne pas manquer

Articles associés