L’apnée du sommeil est-elle un facteur de risque pour le COVID-19 ?

0
3099

L’apnée du sommeil pourrait être considérée comme un facteur de risque important pour le COVID-19 selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Turku, en Finlande. Les chercheurs ont utilisé les données des patients COVID-19 récupérés lors de séjours à l’hôpital universitaire de la même faculté pendant la première vague de la pandémie, au printemps 2020.
Il s’agit d’un nombre relativement faible de patients, notamment parce que la Finlande a peu souffert de l’impact de la première vague en termes de nombre d’infections.

Au 3 mai 2020, seuls 28 patients COVID-19 étaient admis à l’hôpital universitaire de Turku pour un traitement hospitalier.
Cependant, les chercheurs ont noté que 29 % de ces patients avaient déjà été diagnostiqués comme souffrant d’apnée du sommeil. C’est un chiffre important selon les chercheurs, notamment parce que seulement 3,1 % de la population finlandaise reçoit actuellement un traitement pour cette maladie. Le nombre de patients souffrant d’apnée du sommeil, comparé au nombre total de patients, était donc assez élevé, même si les chercheurs eux-mêmes admettent que le nombre total de patients analysés était assez faible.

« La découverte a été suffisamment forte pour justifier la question de l’apnée du sommeil comme facteur de risque pour le COVID-19. En principe, un patient peut avoir besoin de soins hospitaliers lorsqu’il est atteint d’une infection COVID-19 s’il souffre également d’apnée du sommeil. L’apnée du sommeil anticipe une forme sévère de COVID-19″, explique Thijs Feuth, le premier auteur de l’étude.
Selon le communiqué de presse présentant cette petite étude finlandaise, il existe déjà d’autres études, actuellement en cours d’examen, qui ont découvert le lien entre l’apnée du sommeil et le COVID-19.
L’apnée du sommeil est un état qui peut provoquer des interruptions de la respiration (c’est pourquoi nous parlons d' »apnée ») pendant le sommeil. Cette affection est généralement diagnostiquée par polysomnographie nocturne.

Article précédentL’hydroxychloroquine n’est pas utile pour les patients hospitalisés avec le COVID 19
Article suivantSelon de nouvelles expériences, l’empagliflozine est utile pour l’insuffisance cardiaque même chez les non-diabétiques
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.