L’huile d’olive (extra vierge et non), les effets sur le système cardiovasculaire découverts dans une nouvelle étude espagnole

0
2030

Une équipe de chercheurs de l’Université autonome de Madrid-IdiPaz, en Espagne, a voulu mieux comprendre le lien entre la consommation d’huile d’olive et les maladies cardiovasculaires, un lien qui, comme l’indiquent les chercheurs dans le résumé de l’étude, n’a pas encore été pleinement établi. L’étude a été publiée dans Clinical Nutrition.

Les données

Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé trois études de cohorte réalisées en Espagne, l’une sur 2 318 hommes, une autre sur 18 266 hommes et femmes et une autre sur 39 393 hommes et femmes. Ces études de cohorte comprenaient des données sur la consommation d’huile d’olive mesurée par des questionnaires validés.

Consommation d’huile : risque plus faible de maladies cardiovasculaires et d’attaques cérébrales

En analysant les données de ces sujets, les chercheurs ont convenu que la consommation d’huile d’olive pouvait être liée à un risque moindre de maladies cardiovasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux. Ce lien était le plus fort pour l’huile d’olive extra vierge et le bénéfice maximal se situait entre 20 et 30 grammes par jour en moyenne.

La consommation de plus de 30 grammes d’huile d’olive par jour, expliquent les chercheurs dans l’étude, ne semble pas apporter de bénéfice supplémentaire. Au contraire, chez les sujets de l’une des études examinées, dans certains cas, la consommation de plus de 30 g par jour a commencé à ne plus protéger contre l’athérosclérose subclinique et a inversé la tendance. Ce n’était pas le cas de l’huile d’olive extra vierge.

Comme l’expliquent les chercheurs, plus de 200 composés sont présents dans l’huile d’olive extra vierge et il a été démontré que certains d’entre eux ont des effets cardio-protecteurs. Cependant, lorsque le processus de raffinage est effectué pour obtenir la variété commune, et non la variété extra vierge, la plupart de ces composés mineurs sont perdus : « Par conséquent, les composés mineurs bénéfiques ne sont essentiellement présents en quantités suffisantes que dans la variété vierge d’huile d’olive, qui n’est obtenue que par des moyens mécaniques en pressant et en comprimant les olives », expliquent les chercheurs.
L’huile d’olive ordinaire, en revanche, est un mélange d’huile vierge et d’huile raffinée (avec environ 80 % de cette dernière) et contient une quantité moindre de composés bioactifs. Cela justifie les meilleurs résultats observés dans les cours avec de l’huile d’olive extra vierge.

Article précédentUn nouveau médicament anticoagulant étonnamment efficace dans le cerveau des souris
Article suivantSodium et potassium, les effets sur la santé cardiovasculaire
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.