L’humidité et la moisissure dans les maisons est une cause sous-estimée des maladies cardiovasculaires et respiratoires.

0
2342

Parmi les différents facteurs de risque pour la santé qui sont rarement examinés, même au niveau des études scientifiques, figurent ceux liés aux maladies cardiovasculaires et respiratoires causées par des habitations trop humides et trop moisies. Cet aspect est mis en évidence dans un nouvel article de The Conversation, qui fournit, entre autres, un fait intéressant qui ne concerne que l’Australie mais qui peut évidemment être pris comme exemple pour de nombreux autres pays du monde : le coût sanitaire des maladies respiratoires et cardiovasculaires, à son tour imputable à des niveaux trop élevés d’humidité et de moisissures dans la maison, est environ trois fois plus élevé que le coût qui peut être attribué à la consommation de boissons sucrées.

Et cela nous fait réfléchir car les études analysant l’impact des boissons sucrées sur la santé de la population sont certainement beaucoup plus nombreuses que celles analysant les niveaux d’humidité et de moisissures dans les maisons.
Les logements plus humides entraînent une plus grande formation de moisissures, ce qui constitue certainement un fardeau pour la santé au même titre que d’autres facteurs tels que le tabagisme, l’obésité et l’alimentation.

Selon l’auteur de l’étude, Rebecca Bentley, chercheuse à l’Université de Melbourne, plus de 2,5 millions de personnes en Australie vivent dans des logements considérés comme insalubres, un nombre qui est certainement en augmentation. Et ce facteur, le facteur relatif et d’autres au niveau d’humidité trop élevé dans les maisons qui peuvent causer les problèmes de santé désagréables de Dante, peuvent être contrés peut-être plus facilement que d’autres, avec des interventions relativement simples axées sur le logement. Par exemple, cela pourrait se faire par des processus périodiques d’élimination des moisissures imposés par les autorités et un entretien plus approprié des chauffages, en particulier dans les logements de mauvaise qualité.

Article précédentL’OMS et Wikipedia : un accord pour les informations sur le covid
Article suivantLe syndrome de stress post-traumatique peut interagir avec le gène klotho pour accélérer le vieillissement du cerveau
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.