L’OMS avertit que les unités de soins intensifs en Europe peuvent atteindre leur limite en quelques semaines

0
2623
L'OMS avertit que les unités de soins intensifs en Europe peuvent atteindre leur limite en quelques semaines

De nombreuses villes européennes connaissent une augmentation significative du nombre de patients traités dans les unités de soins intensifs (USI) de leur hôpital, qui pourrait atteindre sa limite dans les prochaines semaines, avertit l’Organisation mondiale de la santé

« La semaine dernière, le nombre de cas signalés en Europe était trois fois plus élevé que lors du premier pic de mars », a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors de sa dernière conférence de presse de la semaine.

« Beaucoup de gens sont naturellement épuisés par les perturbations que la pandémie provoque dans leur vie et leur travail », a déclaré l’expert éthiopien.

Cependant, la directrice technique de l’OMS pour COVID-19, Maria Van Kerkhove, a déclaré que bien que l’augmentation des cas et des hospitalisations en Europe soit préoccupante, « nous ne sommes pas dans la même position qu’il y a six mois, car nous en savons beaucoup plus sur la maladie.

« La capacité de diagnostic a augmenté, les travailleurs de la santé sont plus formés et plus expérimentés, et le public est conscient de ce qu’il faut faire pour se protéger, c’est pourquoi nous devons rassembler tout cela pour aider à contrôler la pandémie », a-t-il conclu.

Échec des traitements

Tedros a également souligné que la dexaméthasone est pour l’instant le seul traitement qui a prouvé son efficacité dans les cas graves de COVID-19, quelques heures après que l’OMS ait annoncé que les quatre thérapies qu’elle testait dans le cadre des « essais de solidarité », avec des milliers de patients dans le monde, avaient échoué.

« En juin, nous avons annoncé l’arrêt des études sur l’hydroxychloroquine ; en juillet, il a été annoncé que nous n’utiliserions plus de patients pour les tests sur le lopinavir/ritonavir, et maintenant les résultats provisoires montrent que les deux autres médicaments testés, le remdesivir et l’interféron, ont peu ou pas d’effet sur la réduction des décès dus à l’IDOC-19 », a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé.

Cela ne signifie pas, a poursuivi le chef de l’OMS, la fin des Essais de solidarité, qui continuent à recruter environ 2 000 patients chaque mois pour des tests.

Il a ajouté que d’autres traitements avec des anticorps monoclonaux et d’autres antiviraux pourraient être essayés à l’avenir.

L’entreprise biotechnologique américaine Gilead, qui produit le remdesivir, n’est pas d’accord avec la conclusion de l’OMS concernant son médicament.

Article précédentComment éviter la concentration d’aérosols : ventilation et masque étanche
Article suivantL' »hôpital du futur » en réponse à la COVID-19
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.