Risque cardiovasculaire et déclin du cerveau associés à l’âge moyen

Les maladies vasculaires et la démence coïncident souvent dans les derniers stades de ces deux pathologies, mais les fondements de cette association n’ont pas été étudiés en profondeur. Or, une étude a montré que déjà à l’âge moyen, bien des années avant l’apparition des symptômes cliniques d’un problème cardiovasculaire, le pouvoir cognitif commence à se modifier.

L’étude, menée au Centre national de recherche cardiovasculaire (CNIC), en collaboration avec la Banque de Santander et des experts en neuroimagerie du centre de recherche de la Fondation Pasqual Maragall, le Barcelonaßeta Brain Research Center (BBRC), vient d’être publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (JACC).

Cette découverte est importante car elle ouvre la possibilité d’intervenir sur un trouble modifiable, comme une maladie cardiovasculaire, pour prévenir l’évolution d’une pathologie qui n’a pas de traitement, comme la démence, ce qui peut se faire à partir de plusieurs domaines, explique à Efe Valentín Fuster, directeur du CNIC et l’un des principaux auteurs de l’ouvrage.

La première est la liberté individuelle car « nous savons depuis un certain temps que nous pouvons agir sur les sept facteurs de risque qui conduisent à l’infarctus du myocarde et à l’accident cérébral : l’obésité et l’hypertension, le diabète et le cholestérol et le tabagisme, une alimentation modifiée et le manque d’exercice. C’est à nous de les contrôler. C’est une décision individuelle », ajoute le cardiologue.

Mais, en même temps, depuis la sphère publique, il est important de travailler sur l’éducation des gens, avec des stratégies qui favorisent des habitudes de vie saines – comme éviter de fumer ou avoir une alimentation correcte – mais aussi de faire prendre conscience aux gens que « avec cela, ils ne vont pas seulement prévenir une crise cardiaque, mais ils vont aussi prendre soin de leur pouvoir cognitif, et c’est un message très important », dit M. Fuster.

« La société doit commencer à comprendre qu’il ne s’agit pas de mourir ou de ne pas mourir, mais de vieillir avec une qualité de vie et sans perte de nos capacités cognitives », insiste-t-il.

Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont utilisé des techniques d’imagerie avancées de la tomographie par émission de positrons (TEP) pour quantifier le métabolisme cérébral chez plus de 500 participants à l’étude PESA-CNIC-Santander, âgés en moyenne de 50 ans et ne présentant aucun symptôme, mais avec des plaques d’athérosclérose dans les artères.

Le PESA-CNIC-Santander comprend plus de 4 000 participants asymptomatiques d’âge moyen chez qui, depuis 2010, on surveille la présence et le développement de l’athérosclérose subclinique, une maladie inflammatoire chronique qui favorise l’accumulation de graisse dans les parois des vaisseaux sanguins et génère des caillots, qui sont la principale cause d’infarctus aigu du myocarde.

L’étude – dirigée par le Dr Marta Cortés Cantelli, du CNIC – a confirmé que, à un âge précoce et de nombreuses années avant toute manifestation clinique, lorsqu’il y a athérosclérose ou autres facteurs de risque cardiovasculaire, le métabolisme cérébral est plus faible.

« Nous avons constaté qu’un risque cardiovasculaire plus élevé chez des personnes d’âge moyen apparemment en bonne santé était associé à un métabolisme cérébral plus faible dans les zones pariéto-temporelles impliquées dans des fonctions telles que la mémoire spatiale et sémantique et différentes formes d’apprentissage », explique Cortés Cantelli, co-premier auteur de l’étude.

Parmi les facteurs de risque cardiovasculaire les plus impliqués dans la réduction du métabolisme cérébral, les chercheurs ont déterminé que l’hypertension était le plus pertinent, bien qu’ils aient également observé qu’une plus grande quantité de plaque d’athérosclérose dans les artères carotides qui fournissent le sang au cerveau était associée à un métabolisme plus faible dans les zones du cerveau intimement liées au développement de la maladie d’Alzheimer.

Et, bien que pour l’instant ces travaux ne démontrent que la diminution métabolique dans le cerveau, « notre hypothèse est que les facteurs de risque altèrent les petites artères du cerveau, ce qui diminue le flux sanguin cérébral et le métabolisme des neurones et altère la puissance cognitive », avance Valentín Fuster.

Pour valider ce concept, la prochaine étape de l’étude consistera à déterminer si les personnes atteintes de PESA, souffrant d’athérosclérose carotidienne subclinique et d’un métabolisme cérébral réduit à l’âge de 50 ans, présentent des troubles cognitifs dans les dix ans.

Cependant, le groupe d’étude de Fuster à New York, dont les patients sont âgés de 65 à 70 ans, semble déjà valider cette hypothèse.

A ne pas manquer

Articles associés