Transplantation réussie d’un cœur de porc pour un homme aux États-Unis

La faculté de médecine de l’université du Maryland, aux États-Unis, a réussi à transplanter un cœur de porc génétiquement modifié chez un homme de 57 ans, dans le cadre d’une opération qualifiée d' »historique ».

« Cette transplantation d’organe a démontré pour la première fois qu’un cœur animal génétiquement modifié peut fonctionner comme un cœur humain sans rejet immédiat par l’organisme », a déclaré dans un communiqué l’institution médicale qui a réalisé l’intervention.

Le patient, David Bennet, 57 ans, résident du Maryland, a été opéré il y a trois jours au centre médical de l’université après avoir souffert d’une arythmie. Il est sous surveillance médicale et en bonne santé.

Selon l’institution, la transplantation d’un cœur de porc « était la seule option disponible pour le patient », car plusieurs hôpitaux avaient écarté la possibilité d’une transplantation conventionnelle.

« C’était soit mourir, soit subir cette greffe. Je veux vivre. Je sais que c’est un coup dans le vide, mais c’est ma dernière option », a déclaré le patient, selon un communiqué de l’université du Maryland.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a autorisé l’opération le soir du Nouvel An pour Bennet, qui était alité depuis des mois et avait été informé des risques de la procédure, car il s’agissait encore d’une technique expérimentale.

« Il s’agit d’une opération révolutionnaire qui nous rapproche un peu plus de la résolution de la crise de la pénurie d’organes. Il n’y a pas assez de cœurs de donneurs humains disponibles pour répondre à la longue liste de receveurs potentiels », a déclaré Bartley Griffith, le médecin responsable de l’opération.

Environ 110 000 Américains sont actuellement en attente d’une transplantation d’organe, et plus de 6 000 patients meurent chaque année avant d’en recevoir une, selon des données officielles citées par l’université.

En octobre dernier, un hôpital de New York a réussi à transplanter temporairement le rein d’un porc génétiquement modifié dans un corps humain, un autre succès qui, comme celui annoncé lundi, pourrait permettre à l’avenir de se passer du don d’organe d’une personne décédée pour sauver la vie d’une autre personne.

A ne pas manquer

Articles associés