Dépression, les scientifiques découvrent une population de neurones fortement impliqués

0
2075

Une équipe de chercheurs a découvert qu’une petite population de neurones spécifiques dans le cerveau, auparavant liée à l’appétit, pourrait jouer un rôle tout aussi important dans la dépression. Ce sont les neurones AgRP que l’on trouve dans la zone inférieure de l’hypothalamus, une zone également appelée noyau arqué. La découverte a été faite par des scientifiques du Medical College of Georgia (MCG).

Les scientifiques ont également découvert que ce qui induit des changements dans ces neurones, changements qui peuvent ensuite augmenter le risque de dépression, n’est pas tant un stress à court terme, par exemple celui lié aux examens universitaires qui approchent, mais un stress chronique et imprévisible, celui qui peut affecter la vie personnelle et professionnelle.
Selon Xin-Yun Lu, présidente du département de neurosciences et de médecine régénérative du MCG de l’université d’Augsbourg, ces neurones représenteraient « une pièce décisive et probablement essentielle du puzzle », bien que de nombreux doutes et questions subsistent, doutes qui devront être dissipés grâce à des recherches futures et plus approfondies.

Entre-temps, des chercheurs ont découvert, en réalisant des expériences sur des souris, que le stress chronique peut diminuer l’activité des neurones AgRP, également connus sous le nom de peptides liés à l’aguti, altérant leur capacité à s’activer spontanément. Les chercheurs en ont eu la confirmation lorsque, en activant ces neurones spécifiques dans le cerveau des souris, ils ont modifié leurs comportements dépressifs en les inversant, changements tels que le désespoir et l’incapacité à ressentir du plaisir.
Les chercheurs, en fait, avec une méthode particulière et en utilisant un agoniste synthétique à petite molécule qui se lie à un récepteur chimiogénétique, peuvent stimuler ces neurones spécifiques pour renverser efficacement la dépression, comme l’explique Lu elle-même. L’étude a été publiée dans Molecular Psychiatry.

Article précédentTrop de graisse dans le cou et un double menton liés à un risque accru de problèmes cardiaques
Article suivantFuites urinaires : causes, traitements, solutions
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.