Deuil : quelles formalités prévoir ?

La perte d’un être cher est toujours une épreuve douloureuse… Pourtant, il est important de ne pas négliger les différentes formalités, et certaines ne peuvent malheureusement pas attendre. Pour vous aider à savoir quelles formalités prévoir lors d’un deuil, vous pouvez compter sur cet article.

L’organisation des obsèques

Que ce soit un parent, un enfant ou un proche, l’organisation des obsèques est inévitable. Il arrive parfois que le défunt ait pris le temps d’organiser ses obsèques avant son décès. En revanche, si aucune démarche n’a été effectué, vous devrez organiser les obsèques sans attendre en réalisant les nombreuses formalités.

Que faire 24h après le décès ?

Deuil : quelles formalités prévoir ?

Dans les 24h qui suivent le décès d’une personne, il est impératif de faire constater le décès et de contacter une pompe funèbre.

Dans un premier temps il faudra faire constater le décès par un médecin, qui établira un certificat de décès (s’il s’agit d’un suicide ou d’une mort accidentelle, contacter la police ou la gendarmerie).

Une fois le certificat de décès en main, vous devrez vous rendre à la mairie avec, ainsi que d’autres documents : sa pièce d’identité (ainsi que la vôtre) et le livret de famille. Ainsi, vous pourrez obtenir plusieurs copies de l’acte de décès (à fournir aux employeurs pour se rendre aux obsèques, par exemple).

Ensuite, vous pouvez prendre contacte avec une pompe funèbre pour l’organisation des obsèques. Même si vous êtes triste ou effondré, prenez le temps de faire plusieurs devis, car certaines pompes n’hésitent pas à profiter de la tristesse des proches pour faire plus de profits.

De plus, si vous souhaitez partager cette triste nouvelle, vous pouvez publier un avis de décès dans la presse, qu’elle soit locale, régionale ou nationale.

Que faire entre 48h et 6 jours après le décès ?

Si le défunt est décédé en clinique ou à l’hôpital, vous pouvez demander un transport jusqu’à son domicile, une chambre funéraire ou une chambre mortuaire dans les 48h. Ce transport est effectué par les services de pompes funèbre.

Il est également impératif d’obtenir l’autorisation de la mairie pour une crémation ou une inhumation. Mais généralement, ce sont les pompes funèbres qui s’occupent de cette formalité.

De plus, vous devez vous renseigner si le défunt avait souscrit à un contrat d’obsèques. Ce contrat permet généralement le financement des funérailles, et certaines options (suivant la formule souscrite). Dans le cas contraire, vous devrez assumer financièrement les funérailles. Toutefois, il est possible de faire une collecte en ligne, ce qui permettra à chaque proche de participer aux frais d’obsèques. Sachez que les coûts peuvent varier d’une ville à l’autre. D’autre part, l’organisation de la crémation ou de l’inhumation doit se faire dans les 6 jours qui suivent le décès.

A la suite d’une crémation ou d’une inhumation, la personne décédée pourra être placée dans une sépulture. Il peut s’agir d’une sépulture familiale, ou d’une nouvelle sépulture. Si c’est le cas, vous pouvez demander aux pompes funèbres de vous montrer leurs différents types de plaques funéraires dont des modèles sur-mesure (le marché de la plaque funéraire personnalisée est en plein essor).

Que faire dans les 7 jours après le décès ?

Dans la semaine qui suit ou dès que possible, il est impératif d’informer les différents organismes du décès :

  • La banque, pour qu’elle bloque les comptes ;
  • La mutuelle, car certains organismes offrent un capital décès ;
  • La sécurité sociale (si le défunt était salarié) et l’employeur dans ce même cas ;
  • Les différents organismes sociaux : CAF, assurance maladie, Pôle Emploi, etc. ;

Vous pouvez également vous renseigner si le défunt avait souscrit à un contrat prévoyance. Si c’est le cas, il est possible que vous touchiez une rente ou un capital pour vous aider à assumer les obsèques.

Que faire dans les 30 jours après le décès ?

Les formalités les moins urgentes peuvent s’effectuer jusqu’à 30 jours après le décès. Ainsi, si le défunt était locataire, il faudra prévenir le propriétaire du logement. Mais aussi, résilier les différents contrats : téléphone, assurances, eau, électricité, gaz, etc.

Pour régler la succession, vous devrez faire appel à un notaire (c’est recommandé, mais non obligatoire). En particulier s’il y a un contrat de mariage, des donations, un testament ou des biens immobiliers. Il faudra également faire une demande de pension de réversion ou dans le cas échéant, une allocation de veuvage.

Et bien-sûr, il faudra informer le centre des impôts du décès.

Que faire dans les 6 mois après le décès ?

6 mois après la perte d’un proche, la famille doit s’acquitter des frais du succession et faire une déclaration de succession auprès des impôts (si vous avez contacter un notaire, c’est logiquement lui qui se charge de cette déclaration).

 

A ne pas manquer

Articles associés