La pandémie rebondit dans les Caraïbes alors qu’elle s’atténue aux États-Unis et au Brésil

0
2848
La pandémie rebondit dans les Caraïbes alors qu'elle s'atténue aux États-Unis et au Brésil

La pandémie de coronavirus continue d’afficher une tendance incertaine sur le continent américain, avec une recrudescence des infections dans les Caraïbes et une stabilisation aux États-Unis et au Brésil, les pays les plus touchés au monde par un virus qui a déjà infecté 13,6 millions de personnes et fait près de 475 000 morts sur le continent

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué hier que le nombre de décès dans le monde est de 852 758 et que les cas mondiaux confirmés par des tests de laboratoire ont atteint 25,6 millions.

Si l’Amérique reste la région la plus touchée au monde, avec plus de 13,6 millions d’infections (53 % du total) et près de 475 000 décès (55 %), la région de l’Asie du Sud et du Sud-Est est devenue la deuxième plus touchée, dépassant l’Europe en nombre d’infections, dans les deux cas supérieur à 4,3 millions.

L’OMS estime que cela est dû à l’explosion des infections en Inde, qui accumule environ 3,8 millions de cas et peut dépasser en quelques jours le Brésil, deuxième au monde après les États-Unis.

Amérique latine : près de 7,5 millions d’infections et plus de 280 000 décès

Les Amériques restent la région la plus dévastée par la pandémie et, en fait, six pays du continent figurent parmi les dix premiers en nombre de cas : Les États-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre d’infections (6,1 millions) et de décès (environ 185 000), suivis du Brésil, du Pérou (5), de la Colombie (7), du Mexique (8) et de l’Argentine (10).

En Amérique latine, le Brésil signale près de 4 millions de personnes infectées et plus de 123 700 décès, suivi du Pérou (plus de 657 000 cas et 29 000 décès) et de la Colombie (environ 624 000 malades et environ 20 000 décès).

Ils sont suivis par le Mexique (plus de 606 000 cas et 65 241 décès), l’Argentine (quelque 428 200 cas d’infection et 8 971 décès) et le Chili (quelque 414 700 cas d’infection et près de 11 400 décès).

L’Amérique latine et les Caraïbes font état de quelque 7,5 millions d’infections et de plus de 280 000 décès.

« Le coût humain reste inacceptablement élevé, avec près de 4 000 morts par jour dans notre région. L’ampleur de cette pandémie est sans précédent », a déclaré la directrice de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), Carissa Etienne, rappelant qu’il y a 570 000 travailleurs de la santé malades – le nombre le plus élevé au monde – et plus de 2 500 décès sur le continent.

Tendance « optimiste » dans les pays les plus touchés

Malgré ces chiffres et le fait que des pays comme la Colombie et le Pérou continuent de signaler une escalade des infections ou des décès, l’OPS a souligné les « tendances encourageantes » aux États-Unis et au Brésil, pays qui continuent néanmoins de signaler le plus grand nombre de nouveaux cas, ce qu’elle considère comme « un signe clair que la transmission est toujours active ».

L’Amérique centrale, à l’exception du Nicaragua et du Costa Rica, a vu le nombre de cas diminuer la semaine dernière, tandis qu’en Amérique du Sud, le Chili et l’Uruguay ont « réussi à aplatir leurs courbes ».

A cet égard, le Chili a confirmé ce mercredi que dans les dernières 24 heures, 23 décès ont été enregistrés par COVID-19, le nombre le plus bas depuis le 20 juin.

Alerte pour les Caraïbes et le Pérou

Alors que la contagion dans ces nations s’atténue, la région des Caraïbes devient le centre des préoccupations internationales, alors que des territoires comme le Suriname, les Bahamas, Trinidad et Tobago et la Jamaïque poursuivent la spirale de l’infection croissante.

Au Suriname, le nombre de décès est passé à 72 et le nombre de cas actifs est maintenant de 846 sur 4 089 cas positifs depuis le début de la pandémie.

En Jamaïque, le ministère de la santé a indiqué que l’île avait enregistré trois nouveaux décès dus au VIDOC-19 au cours des dernières 24 heures, ainsi que 224 nouveaux cas positifs, pour un total de 24 décès et 2 683 infections.

L’OPS a noté que la plupart des Caraïbes connaissent « une augmentation du virus », en particulier aux Bahamas, où près de la moitié des cas « ont été signalés au cours des deux dernières semaines ».

À cela s’ajoute la situation du Pérou, qui, avec plus de 29 000 décès, compte 88 décès pour 100 000 habitants, soit le taux le plus élevé au monde, et qui est le cinquième pays au monde et le deuxième en Amérique latine en termes de cas confirmés.

Le Pérou a « une économie informelle élevée, où il est plus difficile de maintenir la distance sociale et d’autres mesures », ainsi que des zones géographiques très différentes, dont certaines sont très difficiles d’accès, a averti le directeur du département des maladies transmissibles de l’OPS, Marcos Espinal.

Décourager les prévisions de mortalité

Bien que l’OPS constate une tendance « optimiste » dans certains pays, les projections concernant l’impact sur la région sont décourageantes.

Un rapport d’une équipe de scientifiques, publié mercredi, indique que bien que l’Amérique latine compte moins de 10 % de la population mondiale, les décès dus au COVID-19 représentent 25 % du total et, d’ici décembre de cette année, ils auront accumulé 495 000 décès.

« D’ici la fin de l’année, la principale cause de décès en Amérique latine sera COVID-19 », a déclaré à l’Efe Rafael Lozano, directeur des systèmes de santé à l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME) de l’université de Washington.

Le débat sur les écoles

Au fur et à mesure de la progression de la pandémie, le débat sur le retour aux classes en face à face s’est installé sur le continent.

Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Joe Biden, a déclaré que la réouverture des écoles est une « urgence nationale » et a critiqué son rival électoral, le président Donald Trump, pour ses échecs.

Dans le cas du Venezuela, et compte tenu de la possibilité de mettre en place un régime semi-pressif pour le retour en classe, le directeur des urgences sanitaires de l’OPS, Ciro Ugarte, a indiqué que les rapports montrent que dans ce pays « il y a une transmission active », c’est pourquoi il a recommandé de mettre en place des « mesures spécifiques » pour éviter la contagion.

Le Venezuela a signalé mardi 1.028 nouveaux cas de COVID-19, de sorte qu’une fois de plus il a dépassé la barrière des 1.000 infections quotidiennes, le total est passé à 47.756, selon les données du gouvernement.

Article précédentLes cas de coronavirus dans le monde passent le cap des 25 millions
Article suivantLe bicarbonate de soude : traitement contre les mycoses aux ongles des pieds
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.