Le « biorythme » de la croissance des dents de lait est lié au surpoids à l’adolescence

0
1435

Une équipe de recherche dirigée par Patrick Mahoney, de l’école d’anthropologie et de conservation de l’université de Chente, a découvert une sorte de « biorythme dentaire » de la croissance des dents de lait, lié à des gains plus ou moins importants de poids et de masse chez les adolescents.

Vitesse à laquelle l’émail se forme sur les dents de lait

Le taux fait référence à la vitesse à laquelle l’émail se forme sur les dents de lait des enfants et donc à la vitesse de leur croissance. Les chercheurs ont constaté que les enfants qui présentent un biorythme plus rapide se caractérisent par des variations de l’indice de masse corporelle plus faibles à l’adolescence que ceux qui présentent un biorythme plus lent. Plus précisément, les chercheurs ont constaté que les sujets ayant un biorythme plus lent étaient environ six fois plus susceptibles d’avoir un indice de masse corporelle très élevé plus tard au cours de la pauvreté.

Une prise de poids excessive pendant la puberté peut avoir des conséquences malsaines pour le

Lien avec la masse corporelle et la croissance

la santé, même à l’âge adulte.
Comme l’explique le communiqué de presse de l’Université de Kent, les histologistes dentaires connaissent en fait déjà l’existence de ce rythme biologique, même si son importance en ce qui concerne le lien avec la masse corporelle et la croissance n’a été découverte que récemment.

« Une première étape passionnante »

« Cette recherche est une première étape passionnante. La prochaine étape consistera à déterminer si le lien que nous avons découvert s’étend à des résultats de santé négatifs connexes chez les adultes », explique Mahoney. Selon le chercheur, il est possible d’exploiter ce type d' »enregistrement d’informations » dans les dents de lait, informations qui peuvent être acquises des années avant que les conséquences négatives liées au poids ne se manifestent à l’âge adulte.
Selon Gina McFarlane, autre auteur de l’étude et également chercheuse à l’Université de Chente, elle explique que ces résultats montrent qu’il existe peut-être un nouveau lien à exploiter, en termes d’acquisition d’informations importantes pour la prévention.

Périodicité de Retzius

Selon les chercheurs de l’étude, les structures à couches microscopiques qui existent sur les dents des mammifères conservent des traces du rythme de la croissance cellulaire et de la masse corporelle chez les mammifères. En ce qui concerne les dents humaines, ce rythme est également connu sous le nom de « périodicité de Retzius » : la formation de l’émail des dents se déroule selon des processus de type circadien qui subsistent à des intervalles de répétition pouvant être mesurés en résolutions de jours.

Article précédentUne nouvelle « peau » électronique sans fil fonctionne sans puce ni batterie
Article suivantManque de libido : causes et solutions
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.