L’intelligence artificielle pour cultiver des fœtus humains en laboratoire, proposition de la Chine

0
1773

La culture de fœtus humains en laboratoire relève encore aujourd’hui de la science-fiction. Si une telle technologie devait un jour être possible, ce qui semble plus ou moins certain, c’est qu’elle nécessitera un suivi approfondi des embryons pendant leur croissance. Cette surveillance, qui doit être effectuée 24 heures sur 24 bien sûr, ne sera probablement pas possible avec des humains et nécessitera une technologie basée sur l’intelligence artificielle.

Une intelligence artificielle s’occupe des embryons

Selon un nouvel article paru dans le South China Morning Post, une équipe de chercheurs de Suzhou a mis au point un système d’intelligence artificielle capable de faire exactement cela : prendre soin d’embryons humains pendant les mois de leur croissance dans des utérus artificiels.
L’intelligence artificielle a déjà été testée et s’est révélée capable de s’occuper de plusieurs embryons animaux à la fois pendant leur croissance dans des utérus artificiels.

Dispositif de culture d’embryons à long terme

Ce type de « nounou » fabriquée à l’aide d’algorithmes d’intelligence artificielle est décrit dans une nouvelle étude publiée dans le Journal of Biomedical Engineering.
Selon les chercheurs, cette technologie permettrait aux fœtus humains de se développer de manière plus sûre que dans l’utérus d’une femme. Un utérus artificiel, également appelé « dispositif de culture d’embryons à long terme » dans l’article du South China Morning Post, est essentiellement une sorte de récipient dans lequel l’embryon se développe enveloppé dans des fluides nutritifs.

Tests sur les embryons de souris

Le système, testé sur des souris, a permis de suivre les embryons « dans des détails sans précédent », comme le rapporte l’article. Il a enregistré de nombreux types de données, même lorsque le fœtus bougeait, et ce tout au long de la journée. Des algorithmes ont ensuite détecté les principaux signes de changement, ceux qui pourraient signaler des problèmes, et, si nécessaire, ont modifié l’apport en nutriments ou l’environnement à l’intérieur de l’utérus artificiel, par exemple en calibrant l’apport en dioxyde de carbone.

Des avantages considérables pour les femmes qui font carrière, selon les chercheurs

Le même algorithme a classé les embryons en fonction de leur santé et de leur potentiel de développement. La surveillance s’est également faite par l’acquisition d’images ultranitiques recueillies avec des caméras spéciales. Il y a du CO
Selon l’article, un tel système pourrait réduire la douleur, les risques et le coût d’une véritable grossesse pour une femme, par exemple une femme de carrière.

Article précédentDécouverte d’un lien entre hypertension et diabète
Article suivantComment bien commencer sa journée ?
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.