Selon une étude, la durée du cycle menstruel pendant la transition ménopausique aide à comprendre les problèmes vasculaires futurs

0
2061

Selon une étude publiée dans la revue Menopause, la durée du cycle menstruel pendant la transition vers la ménopause peut être utilisée pour comprendre le risque de problèmes vasculaires, d’après un communiqué de la North American Menopause Society (NAMS).

Selon la déclaration, les niveaux d’hormones reproductives peuvent changer au cours du cycle, et donc la durée du cycle elle-même peut être considérée comme un facteur indicatif de l’exposition à cette hormone pendant la vie reproductive. En pratique, une femme ayant des cycles menstruels plus fréquents, c’est-à-dire plus courts, passera un plus grand nombre de ses années de reproduction avec des niveaux d’œstrogènes plus élevés qu’une femme ayant des cycles plus longs. La phase folliculaire précoce d’un cycle se caractérise par une production d’œstrogènes plus faible.
Pendant la transition vers la ménopause, les cycles plus longs deviennent plus probables et la durée moyenne du cycle menstruel commence généralement à augmenter, en moyenne dès quatre ans avant le dernier cycle.

Les chercheurs ont analysé les données de 428 femmes ayant participé à une enquête médicale, données qui comprenaient des mesures de la durée du cycle menstruel ainsi que des niveaux d’hormones reproductives dans des cycles complets. Les chercheurs suggèrent, sur la base de leur analyse, que la longueur du cycle pendant la transition vers la ménopause peut être considérée comme un indicateur de la santé vasculaire dans les années suivant l’avènement de la ménopause elle-même, ce qui pourrait être utilisé pour identifier les personnes les plus à risque d’athérosclérose.

« Cette étude souligne que la durée du cycle menstruel pendant la transition vers la ménopause peut être un autre facteur à prendre en compte lors de l’évaluation du risque cardiovasculaire chez les femmes. Ces résultats sont cohérents avec ceux d’études antérieures établissant un lien entre des menstruations irrégulières et le risque de maladies cardiovasculaires, ce qui pourrait être dû à des niveaux moyens d’œstrogènes plus faibles associés à des ovulations moins nombreuses », explique Stephanie Faubion, directrice médicale de la NAMS, une organisation nord-américaine à but non lucratif fondée en 1989.

Article précédentEresVIHda, une plateforme de sensibilisation et d’information de la société sur le VIH
Article suivantDécouverte d’un nouveau rôle « vital » des cellules immunitaires du cerveau
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.