Un nouveau traitement pourrait-il guérir les acouphènes ?

Les acouphènes sont l’un des troubles auditifs les plus courants : ils touchent 10 à 15 % de la population mondiale, mais nous ne savons pas encore exactement ce qui en est la cause. Vous en avez probablement entendu parler comme d’un « bourdonnement d’oreille », mais en réalité il s’agit d’une affection complexe qui se manifeste de différentes manières d’une personne à l’autre, ce qui explique pourquoi il est difficile de trouver un remède définitif pour tous les patients.

Stimulation électrique

Pour lutter contre ces « bruits fantômes » très gênants et parfois invalidants, une nouvelle thérapie impliquant une stimulation électrique de la langue a été testée avec succès sur un large échantillon de personnes souffrant d’acouphènes : les résultats ont été publiés dans Science Translational Medicine.

On ne sait pas encore très bien ce qui provoque les acouphènes, ni pourquoi, dans certains cas, ils disparaissent après un certain temps alors que dans d’autres, ils se transforment en maladie chronique. La nature du trouble varie également d’une personne à l’autre : il y a ceux qui entendent (dans une oreille ou les deux) des bourdonnements, ceux qui sifflent, ceux qui sifflent, ceux qui font un bruit comme un remous.

Sifflements, bourdonnements, sifflements

Le point commun de tous ces cas est qu’il n’existe apparemment aucune source à l’intérieur du corps qui puisse générer ces bruits en permanence ; pourtant, les personnes qui souffrent d’acouphènes les entendent et, dans les cas les plus graves, cette perturbation acoustique peut être handicapante car elle peut provoquer des insomnies, des dépressions, de l’anxiété et du stress.

Une fois le diagnostic précis établi, le spécialiste tend à soulager les symptômes grâce à des thérapies pharmacologiques, instrumentales (physiothérapie) et psychothérapeutiques qui aident le patient à vivre avec l’acouphène. La nouvelle thérapie proposée par la société irlandaise Neuromod Devices Limited prévoit, au contraire, l’utilisation croisée de deux catégories de stimuli.

Distraire le cerveau

Chaque traitement dure 30 minutes et utilise deux instruments : d’un côté, il y a une paire d’écouteurs qui reproduisent un mélange de mélodies et de bruits blancs (pluie, mer, avion, sèche-cheveux, aspirateur, etc.), de l’autre côté, il y a une « langue » (à tenir dans la bouche) qui produit des impulsions électriques pour stimuler la langue du patient. Ainsi, selon les experts, il entraînerait le cerveau à ignorer les acouphènes, le faisant se concentrer sur d’autres stimuli acoustiques.

Cette thérapie consiste en deux séances de 30 minutes par jour pendant quatre mois. À ce jour, il a été testé sur un échantillon de 326 personnes, dont près de 90 % ont signalé une diminution de la gravité de leurs acouphènes, avec des effets bénéfiques qui se sont poursuivis jusqu’à un an.

Effet placebo ?

Ce nouveau traitement sera testé une fois de plus afin d’exclure les faux positifs dus à l’effet placebo, l’un des risques les plus courants associés aux thérapies contre les acouphènes. Mais si les données devaient être confirmées, ce serait une excellente nouvelle pour tous ceux qui souffrent de ce trouble.

A ne pas manquer

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...

Articles associés

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...