Voici combien de temps un baiser doit durer, selon un expert.

0
1410

Il s’agit d’une question très ancienne à laquelle il n’existe en réalité aucune réponse scientifique : combien de temps doit durer un baiser pour qu’il soit vraiment « spécial » ou qu’il ait un effet vraiment positif sur le cerveau ? Selon le Dr Chelsie Reed, spécialiste des relations amoureuses, la durée d’un baiser n’est pas un facteur négligeable car elle peut influencer le lien intime qui peut se développer entre deux personnes liées par une relation amoureuse.

Selon un article publié sur le site mindbodygreen, des chercheurs de l’Institut Gottman avaient précédemment réalisé une étude dans laquelle ils étaient arrivés à la conclusion qu’il fallait au moins six secondes pour que le cerveau éprouve une réponse chimique minimale liée au plaisir procuré par le contact physique du baiser.

Selon Reed, il faut toutefois s’efforcer d’atteindre une durée d’au moins 10 secondes. De cette façon, on peut obtenir une plus grande absorption de ces substances chimiques favorables au développement d’une connexion amoureuse physique. Cette connexion commencerait à environ six secondes et atteindrait probablement son apogée à environ 10 secondes.

Selon Reed, embrasser pendant 10 secondes requiert un certain niveau d’intentionnalité et de conscience, des caractéristiques très positives et importantes pour une relation amoureuse. En outre, cette durée montre au partenaire son niveau d’admiration et d’intimité. Un baiser de 10 secondes s’avère très utile, en particulier lorsque vous ne vous êtes pas rencontrés depuis longtemps : avec 10 secondes, vous atteignez immédiatement le niveau émotionnel précédant la « séparation », une sorte de « syntonisation » sentimentale. En outre, une étude publiée dans Archives of Sexual Behaviour en 2013, montre  » très peu de preuves  » de la croyance selon laquelle la fonction première du baiser est d’augmenter le niveau d’excitation, un résultat qui soutient la théorie selon laquelle le baiser vise davantage à créer une connexion mentale et non à promouvoir l’acte sexuel.

Article précédentLes suppléments peuvent-ils être utiles pour l’arthrite ? Conseils du chercheur
Article suivantDécouverte du lien entre la vitamine C et la « vitalité mentale ».
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.