Chlore dans le sang : définition et indications

Le chlore, présent dans notre organisme, joue un rôle essentiel dans les mécanismes d’hydratation et dans la digestion.

Le chlore est un électrolyte : c’est un élément chimique permettant le transport du courant électrique (chargé positivement ou négativement) dans un liquide. Les principaux électrolytes dans notre corps sont le sodium (Na+), le potassium (K+) et le chlore (Cl- ). Les liquides de notre organisme comportent autant de charges positives que négatives, c’est l’équilibre hydroélectrolytique.

Le taux de chlore dans le sang s’appelle la chlorémie. Une simple prise de sang et un ionogramme sanguin vous permettent de vérifier la quantité de chlore dans votre organisme.

Tout sur le taux de chlore dans le sang

D’où vient le chlore présent dans notre organisme ?

Il provient de notre alimentation. Nous en consommons dans le sel de table où, associé au sodium, nous l’absorbons sous forme de chlorure de sodium (pain, aliments transformés…). Mais aussi dans les aliments d’origine animale comme la charcuterie, les poissons fumés ou les fromages.

Quel est le rôle du chlore dans le sang ?

Comme vu en introduction, le chlore est intimement lié au sodium et au potassium. Ses fonctions sont multiples :

  • contrôle et régulation de la pression osmotique, à savoir l’équilibre entre les liquides intra et extracellulaires. Il assure le maintien d’une bonne hydratation ;
  • aide au maintien de l’équilibre acido-basique, soit le pH du corps ;
  • collaboration à la préservation des globules rouge. Il favorise, de ce fait, le transport du dioxyde de carbone (CO2) dans le sang ;
  • aide à la production de plasma sanguin ;
  • intervention dans la transmission de l’influx nerveux dans les zones centrales et périphériques ;
  • participation à la fonction musculaire ;
  • aide à la fabrication de l’acide chlorhydrique (suc gastrique essentiel à la digestion et présent dans l’estomac).

Pourquoi et comment contrôler le taux de chlore dans le sang ?

Un bilan peut être utile afin de mesurer votre taux de chlore sanguin. Il permet de vérifier l’équilibre acido-basique (pH) de l’organisme ainsi que son taux d’hydratation.

Le médecin peut prescrire un ionogramme sanguin. Ce test est assez commun et permet de mesurer la concentration des électrolytes dans le sang. Il s’agit d’une simple prise de sang, réalisée en général dans le pli du coude, sans être forcément à jeun.

Le dosage idéal de chlore (chlorémie) dans le sang se situe entre 95 et 107 mmol/L (millimole par litre).

Quand le taux de chlore dans le sang est trop bas : l’hypochlorémie

Lorsque l’apport par l’alimentation est insuffisant, que l’organisme ne parvient pas à réguler la quantité de chlore ou qu’il l’élimine en trop grande quantité, il peut y avoir une hypochlorémie. C’est alors toute la capacité du corps à maintenir son équilibre qui est touchée.

Les causes d’une hypochlorémie

Dysfonctionnement digestif

Parmi les raisons d’un taux de chlore dans le sang trop bas, on note les vomissements prolongés et l’utilisation de sondes naso-gastriques. En effet, lors de l’expulsion ou de l’aspiration de l’acide chlorhydrique présent dans l’estomac, sa concentration diminue et provoque un déséquilibre.

Pertes importantes de liquides ou augmentation de la quantité d’eau

Des diarrhées importantes ou une transpiration excessive vont déséquilibrer le taux d’hydratation du corps et provoquer une hypochlorémie.

Une insuffisance cardiaque, rénale ou hépatique peut provoquer des résultats similaires.

Causes médicamenteuses

La prise de certains médicaments influence le taux de chlore dans le sang : diurétiques, laxatifs, stéroïdes… La consommation de bicarbonate peut également déséquilibrer les électrolytes en présence.

L’utilisation de poches de réhydratation non salines, comme celles au glucose, peut provoquer une hypochlorémie.

Autres causes

  • diminution de l’apport ou de l’absorption (faible consommation d’aliments contenant du sel) ;
  • lésions cutanées importantes (brûlures graves, plaies ouvertes) ;
  • maladies rénales (insuffisance ou acidose tubulaire rénales).

Les symptômes de l’hypochlorémie

Parce qu’il est présent pratiquement partout dans notre corps, un manque de chlore dans le sang provoque de nombreux symptômes.

On note ainsi :

  • au niveau cardiovasculaire, une hypertension artérielle et de la tachycardie (trouble du rythme cardiaque) ;
  • au niveau neurologique, des tremblements, des convulsions, une psychomotricité perturbée, une faiblesse et fatigue généralisée ;
  • au niveau musculaire, une tétanie (crampes musculaires) ou une augmentation du tonus musculaire ;
  • au niveau respiratoire, des difficultés à respirer et des douleurs thoraciques.

Le traitement de l’hypochlorémie

Il doit permettre le retour à l’équilibre en corrigeant le faible taux de chlore dans le sang. Il dépend toujours de la cause qui l’a provoqué, il convient donc d’enquêter au préalable pour déterminer les raisons de ce bouleversement.

Ce traitement consiste, le plus souvent, à une perfusion à base de chlorure de potassium d’une part, et d’une solution saline d’autre part.

Quand le taux de chlore dans le sang est trop haut : l’hyperchlorémie

Normalement éliminé avec les urines, l’excès de chlore dans le sang est un cas assez rare.

Les causes d’une hyperchlorémie

Voici ce qui peut expliquer un taux de chlore dans le sang trop élevé :

  • un apport en sel, et de par le fait, de sodium, trop important, après un repas trop riche par exemple. Cela amène à une hypernatrémie, soit un excès de sodium dans le sang ;
  • la prise de certains médicaments ;
  • un cancer de la thyroïde ;
  • la déshydratation importante ;
  • un trouble de l’équilibre acido-basique.

Les symptômes de l’hyperchlorémie

Dans les cas les plus graves, l’excès de chlore dans le sang peut mener au coma. Parmi les symptômes les plus répandus, on note :

  • au niveau cardiovasculaire, une hypertension artérielle ;
  • au niveau neurologique, une fatigue généralisée et un état léthargique. On observe aussi une difficulté de concentration ;
  • au niveau musculaire, une faiblesse et un manque de tonus ;
  • au niveau respiratoire, une accélération de la respiration ;
  • au niveau digestif, une destruction de la flore intestinale et des vomissements.

Le traitement de l’hyperchlorémie

Le protocole thérapeutique pour traiter l’excès de chlore dans le sang comporte plusieurs étapes.

Le patient se verra injecter du bicarbonate de sodium pour corriger l’équilibre hydroélectrolytique. Une alternative consiste à une perfusion de lactate de sodium qui sera transformé par le foie en bicarbonate de sodium.

De plus, la prise de médicaments diurétiques va aider les reins à éliminer l’excès de chlore dans les urines.

Par ailleurs, le patient devra surveiller sa consommation de sel par le biais de son alimentation.

Un élément facile à surveiller

Comme nous avons pu le voir, le chlore dans le sang est associé aux autres électrolytes. Ensemble, ils permettent d’assurer le maintien de l’équilibre des liquides de notre organisme. Une simple prise de sang permet de vérifier le taux de chlorémie.

Si vous éprouvez l’un des symptômes décrits dans cet article, cela pourrait être dû à une déficience ou un excès de chlore dans le sang. N’hésitez pas à aller consulter votre médecin pour en avoir le cœur net.

A ne pas manquer

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...

Articles associés

Syndrome néphrotique, nouveau traitement avec stimulation électrique et choc thermique

De faibles chocs de courant électrique pulsé combinés à la chaleur peuvent être très utiles pour obtenir des effets anti-inflammatoires et antifibrotiques dans les...

C’est ainsi que le nouveau coronavirus peut atteindre le cerveau.

Il a déjà été reconnu que COVID-19 n'est pas seulement une maladie respiratoire : le virus peut se propager à de nombreuses autres zones...