Comment le covid se propage-t-il dans l’air ?

L’Organisation mondiale de la santé pourrait réviser les lignes directrices sur la transmission des covidés, après que des centaines de scientifiques aient demandé de reconsidérer la possibilité que le virus SRAS-CoV-2 se propage non seulement par les émissions les plus flagrantes de « gouttelettes infectées » lors de la toux ou des éternuements (gouttelettes), mais aussi au moyen de particules plus petites expirer quand on parle ou respirer (aérosol).

Ce dernier, plus fin et plus léger, ils peuvent être en l’air pendant des heures. Si la contagion devait se produire même de cette manière, il faudrait renforcer les mesures telles que les écarteurs et les masques et améliorer la ventilation dans les lieux fermés et bondés, à commencer par les hôpitaux.

Une nouvelle perspective. Cela semble être une question de technique, et c’est peut-être le cas, mais les retombées sont délicieusement pratiques. Depuis des mois, l’OMS explique que le covid se transmet par des gouttelettes, les plus grosses gouttelettes de salive, qui sont expulsées avec force du nez et de la bouche lorsque l’on tousse ou éternue. Les gouttelettes sont suffisamment lourdes pour ne pas rester longtemps dans l’air : elles tombent presque immédiatement sur les surfaces – c’est pourquoi, depuis février, nous nous lavons plus souvent les mains, nous désinfectons les poignées et nous évitons autant que possible de toucher notre bouche, notre nez et nos yeux.

Toutefois, de nombreux membres de la communauté scientifique estiment qu’il existe des preuves importantes de la possibilité de transmission du coronavirus, même par les plus fines particules de gaz et de salive (aérosols) que nous émettons sans nous en rendre compte lorsque nous parlons et respirons. Les gouttelettes et les aérosols voyagent dans l’air, mais si pour les premiers le séjour « en vol » est limité, les aérosols plus légers forment des nuages qui restent en suspension dans l’air. pendant des heuresSi le virus se propage malgré tout, nous devrons nous concentrer sur certaines formes de prévention spécifiques, comme une séparation plus nette, l’obligation de porter des masques à l’intérieur et l’interdiction de se réunir dans des pièces qui ne sont pas bien ventilées.

Un risque invisible. Au cours des derniers mois, le nombre de mètres de distance à respecter ainsi que les circonstances qui facilitent la transmission ont fait l’objet de nombreux débats. On a longtemps dit, par exemple, que pour un patient positif, il suffisait de chanter ou de parler à haute voix pour augmenter le risque d’infection. Le 6 juillet, 239 scientifiques de 32 pays différents ont envoyé une lettre ouverte à l’OMS, affirmant qu’il y a de plus en plus de preuves que le CoV-2 du SRAS peut être suspendu pendant des heures dans de petites gouttelettes d’air stagnant, une circonstance qui pourrait expliquer certains événements récents de super-diffusion dans des abattoirs, des églises et des restaurants. Où vous ne pouvez pas éternuer, mais où vous partagez le même air pendant des heures à l’intérieur, en respirant l’un sur l’autre.

Il n’est pas clair, dit le document, à quelle fréquence cela se produit en ce qui concerne la transmission par des gouttelettes ou des surfaces infectées ; mais il faudrait envisager de réduire le temps passé à l’intérieur avec des personnes qui n’appartiennent pas à leur famille, et les écoles, les hôpitaux, les maisons de retraite et les entreprises devraient ajouter de nouveaux filtres à air ou des lampes ultraviolettes capables de lutter contre les particules virales.

Question de mesures. La seule différence entre les gouttelettes et les aérosols réside dans la taille des gouttelettes : les scientifiques appellent parfois les gouttelettes de moins de 5 micromètres de diamètre (un dixième de l’épaisseur d’un cheveu) des aérosols. Plus petits que les gouttelettes, les aérosols contiennent également moins de charge virale, mais étant plus légers, ils peuvent persister dans l’air pendant des heures, surtout en l’absence de recirculation. C’est pourquoi, si les craintes se confirmaient, l’espacement et le lavage des mains pourraient ne pas suffire. Il convient d’encourager les activités de plein air et d’investir dans les masques et la ventilation afin de rendre les environnements intérieurs moins risqués. L’OMS a pris quelques jours pour passer en revue toutes les études publiées jusqu’à présent sur le sujet et éventuellement mettre à jour ses recommandations.

A ne pas manquer

Alzheimer et qualité du sommeil : quel lien ?

Une nette détérioration de la qualité du sommeil au cours de la vieillesse pourrait être le signe d'un risque accru de diagnostic futur de...

Que manger le matin pour son petit-déjeuner quand on est diabétique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le diabète est "l'un des principaux tueurs au monde". Cette maladie, silencieuse et indolore, touche 463 millions de...

Articles associés

Alzheimer et qualité du sommeil : quel lien ?

Une nette détérioration de la qualité du sommeil au cours de la vieillesse pourrait être le signe d'un risque accru de diagnostic futur de...

Que manger le matin pour son petit-déjeuner quand on est diabétique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le diabète est "l'un des principaux tueurs au monde". Cette maladie, silencieuse et indolore, touche 463 millions de...