Des chercheurs ont découvert le processus qui réduit les vaisseaux sanguins chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

0
2190

Un mécanisme qui contribue à la réduction des vaisseaux sanguins chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer a été découvert par une équipe de chercheurs de l’Institut de biomédecine de Séville (IBiS) qui a publié une nouvelle étude dans Nature Communications.
Dans l’étude, on parle de ce que l’on appelle l’angiogenèse, un mécanisme important qui contribue à la formation de vaisseaux sanguins dans le cerveau et, lorsque nous devenons adultes, à la réparation des dommages que peuvent subir les mêmes vaisseaux sanguins préexistants.

Selon les chercheurs qui ont mené l’étude, la maladie d’Alzheimer entraîne un dysfonctionnement angiogénétique qui fait que les vaisseaux sanguins ne se reforment pas, ce qui aggrave la maladie d’Alzheimer elle-même.
Selon les chercheurs, en analysant et en découvrant les voies moléculaires impliquées dans ce lien, il pourrait être possible de créer de nouvelles stratégies pour au moins atténuer les effets de la maladie d’Alzheimer elle-même.

La destruction des vaisseaux sanguins, en effet, est un facteur de complication de cette maladie qui, fondamentalement, voit l’accumulation de ce que l’on appelle les « plaques séniles » ou substances toxiques, à l’intérieur du cerveau. En général, le cerveau peut se débarrasser de ces substances toxiques en les faisant passer dans le sang. L’incapacité à former de nouveaux vaisseaux sanguins lorsque ceux-ci sont endommagés déclenche évidemment ce que l’on peut considérer comme un « cercle vicieux » : le cerveau est de moins en moins efficace pour éliminer les substances toxiques et, par conséquent, les plaques séniles augmentent de plus en plus, aggravant ainsi la maladie d’Alzheimer elle-même.
En outre, les vaisseaux sanguins sont importants car le sang transporte l’oxygène et les nutriments vers les différentes parties du corps. Une réduction des veines elles-mêmes constitue donc un problème supplémentaire, au-delà de l’accumulation de plaques séniles dans la maladie d’Alzheimer.

Article précédentLes adolescents qui consomment davantage d’oméga-3 via le poisson gras sont moins exposés au risque de psychose après 20 ans
Article suivantUn nouveau régime alimentaire testé au Royaume-Uni entraîne une rémission de l’hypertension artérielle et du diabète
Jean-Pierre
Médecin généraliste à la retraite après 32 ans d'exercice, je suis aussi passionné par l'évolution des outils technologiques comme internet. Ayant beaucoup plus de temps libre, j'ai lancé ce site internet afin de coupler mes deux passions : la médecine et les outils technologiques. Mon seul objectif est de partager mes connaissances au plus grands nombres et offrir un support ouvert à tous afin de partager les dernières actualités et innovations liées à la santé.