Le coronavirus peut-il durer 28 jours ?

Une étude largement relayée par les principaux sites d’information affirme que le SRAS-CoV-2, le coronavirus responsable du CoViD-19, peut rester infectieux sur certaines surfaces jusqu’à 28 jours. Cette recherche, qui a été menée par l’Organisation de la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), un organisme gouvernemental australien, a toutefois été critiquée par plusieurs initiés parce qu’elle est susceptible de susciter davantage d’inquiétudes au sein de la population, sans pour autant ajouter des éléments importants pour la prévention quotidienne de l’infection. En fait, l’étude a été réalisée dans des conditions de laboratoire particulières qui sont difficiles à reproduire dans la vie réelle.

Ce que dit le studio

Des recherches antérieures avaient montré que le coronavirus SRAS-CoV-2 peut survivre deux à trois jours sur des surfaces de verre lisse et des billets de banque plastifiés, et jusqu’à six jours sur du plastique et de l’acier inoxydable – même si la charge virale commence à diminuer après quelques heures.

Selon les nouveaux travaux, le virus covid pourrait durer jusqu’à 28 jours sur les surfaces lisses et non poreuses des billets de banque et des écrans de téléphones portables si on les laisse à une température constante de 20 °C et dans l’obscurité totale. Dans les mêmes conditions, le virus de la grippe ne survivra pas plus de 17 jours. L’étude a également montré que le SRAS-CoV-2 survit moins longtemps à des températures plus élevées : à 40 °C, il ne survit pas plus de 24 heures. Sur des matériaux poreux tels que les tissus pour vêtements, dans les conditions décrites ci-dessus (20 °C et dans l’obscurité), elle dure au maximum deux semaines.

Des conditions un peu trop idéales

Appliquer les résultats de la recherche aux conditions réelles dans lesquelles nous vivons est un exercice peu utile pour diverses raisons. La première est qu’il est pratiquement impossible de maintenir une température constante et des conditions d’obscurité perpétuelle dans les bâtiments ou à l’extérieur, et il existe par exemple plusieurs études qui montrent que les rayons UV neutralisent rapidement le virus à l’air libre.

La seconde est que les auteurs de la recherche n’ont pas étudié le virus dans les conditions dans lesquelles il se propage habituellement, c’est-à-dire à l’intérieur du mucus respiratoire. Dans les gouttelettes exhalées par les personnes infectées, on trouve, outre les virus, des anticorps et d’autres cellules immunitaires qui produisent des enzymes qui dégradent les particules virales. Selon Ron Eccles, ancien directeur du Common Cold Centre de l’Université de Cardiff, interviewé par la BBC, le virus présent dans le mucus respiratoire étalé sur les surfaces ne survivrait pas plus de quelques heures.

Respirer est plus dangereux

La troisième raison de prendre cette recherche « avec des pincettes » réside dans le mode de diffusion covid. Si, au début de la pandémie, l’accent était mis sur la contamination par les surfaces, nous savons aujourd’hui que l’infection est principalement transmise par des gouttelettes respiratoires plus ou moins fines.

Il est toujours possible qu’un individu positif touche une surface, par exemple une poignée de porte, avec ses mains sales et transmette ainsi l’infection. Il est donc toujours important de se laver soigneusement les mains et de ne pas les porter au visage. Cependant, il est beaucoup plus probable que vous serez infecté par un contact étroit et prolongé, dans un environnement fermé et mal ventilé, avec une personne infectieuse. C’est pourquoi il est si important de porter le masque pour se protéger et protéger les autres.

Le Covid dans les abattoirs

Toutefois, la combinaison de conditions qui semblent favorables à la survie du coronavirus – température constante et surfaces lisses – pourrait expliquer en partie pourquoi les foyers de covariose se produisent souvent dans les abattoirs. Dans les lieux où la viande est abattue et emballée, la température est maintenue constante et basse, et le travail est effectué sur des surfaces lisses comme l’acier inoxydable.

Cela pourrait expliquer en partie pourquoi ces endroits deviennent si facilement des réservoirs viraux, et aussi pourquoi certaines recherches ont affirmé que le virus pourrait théoriquement survivre plus longtemps sur les emballages de produits surgelés (dont on ne connaît cependant pas de cas officiel d’infection). Cependant, les abattoirs sont principalement des lieux où les gens travaillent en contact étroit les uns avec les autres dans des conditions de grande fatigue physique. Dans ce cas également, il est donc plus facile de penser que l’air exhalé par les personnes infectées est le principal vecteur de l’infection.

A ne pas manquer

Selon une étude, les enfants souffrent davantage de dyslexie émotionnelle

Les enfants dyslexiques présentent des réactions émotionnelles plus fortes et plus réactives que les enfants sans dyslexie, selon une nouvelle étude menée par des...

Le « Nez » électronique détecte le cancer et d’autres maladies dues aux odeurs de l’air expiré

Des solutions conçues pour faire l'analyse des gaz respiratoires, ceux que nous expulsons lorsque nous respirons, sont développées par une équipe de chercheurs du...

Virus qui « tue » le cancer du côlon en activant le système immunitaire créé par les scientifiques…

Un virus qui peut aider à tuer les cellules cancéreuses pourrait un jour améliorer la capacité du système immunitaire à réagir afin d'éradiquer les...

Articles associés

Selon une étude, les enfants souffrent davantage de dyslexie émotionnelle

Les enfants dyslexiques présentent des réactions émotionnelles plus fortes et plus réactives que les enfants sans dyslexie, selon une nouvelle étude menée par des...

Le « Nez » électronique détecte le cancer et d’autres maladies dues aux odeurs de l’air expiré

Des solutions conçues pour faire l'analyse des gaz respiratoires, ceux que nous expulsons lorsque nous respirons, sont développées par une équipe de chercheurs du...

Virus qui « tue » le cancer du côlon en activant le système immunitaire créé par les scientifiques…

Un virus qui peut aider à tuer les cellules cancéreuses pourrait un jour améliorer la capacité du système immunitaire à réagir afin d'éradiquer les...