La course d’obstacles des vaccins et des traitements anticovidiens

Nous avons appris une chose sur les vaccins et les traitements contre les covidés : même si nous en avons besoin le plus rapidement possible, nous ne pouvons pas sacrifier la sécurité et la garantie d’une efficacité raisonnable pour nous hâter. Et c’est précisément pour cette raison que, ces derniers jours, deux importants essais de médicaments contre le coronavirus ont été mis en suspens, celui du vaccin anticoïde de Johnson &amp ; Johnson et celui d’un traitement à base d’anticorps monoclonaux de la société pharmaceutique Eli Lilly.

Des scrupules excessifs

Johnson &amp ; Johnson mène actuellement l’un des 11 essais cliniques de phase 3 sur un éventuel vaccin anticoquelucheux. La préparation est basée sur une dose unique d’un adénovirus (un virus du rhume) modifié de manière à ce qu’il ne puisse plus se répliquer, et utilisé pour introduire dans le corps la protéine de pointe que le SRAS-CoV-2 utilise pour attaquer les cellules, afin d’induire une réponse immunitaire.

Les tests concernent 60 000 personnes, il n’est donc pas surprenant que l’une d’entre elles puisse tomber malade : la pause a été décidée par un comité d’experts indépendants (le Comité de contrôle des données et de la sécurité, DSMB) pour une maladie inattendue chez l’un des volontaires. On ne sait pas encore si le participant faisait partie du groupe qui a reçu le vaccin ou du groupe de contrôle, qui n’avait qu’un placebo : il pourrait donc s’agir d’un arrêt temporaire, non destiné à entraîner une véritable suspension clinique.

Des anticorps blindés

L’essai d’Eli Lilly a été conçu pour étudier les avantages d’une thérapie basée sur des anticorps monoclonaux (clones cellulaires des anticorps naturels les plus puissants contre le coronavirus) sur des centaines de patients hospitalisés pour le CoViD-19, par rapport à un traitement placebo. Tous les participants à l’étude ont également reçu du remdesivir, un autre médicament antiviral en cours d’essai, désormais utilisé de manière systématique dans les cas graves de covid. Le mardi 13 octobre, il a été demandé aux enquêteurs de cesser de recruter de nouveaux volontaires « par prudence », bien que l’on ne sache pas exactement quelle condition a conduit à ce choix.

Selon les Instituts nationaux de la santé des États-Unis qui soutiennent l’essai, l’arrêt est intervenu après qu’un comité indépendant ait constaté qu’après 5 jours de traitement, le groupe de patients traités par anticorps présentait un état clinique différent de celui du groupe placebo : une différence non mieux spécifiée mais qui dépassait un certain seuil de sécurité préalablement fixé.

Un véritable espoir

Une deuxième évaluation du procès est prévue pour le 26 octobre. En attendant, les patients déjà concernés continueront à être suivis. Les traitements à base d’anticorps monoclonaux sont parmi les traitements les plus prometteurs contre les covidés car ils bloquent la capacité du coronavirus du SRAS-CoV-2 à attaquer les cellules et peuvent réduire la gravité des symptômes. Une autre combinaison de ces super-anticorps, développée par Regeneron, a été utilisée comme thérapie de choc pour traiter le covidé Donald Trump. Ces traitements semblent donner les meilleurs résultats lorsqu’ils sont administrés à des personnes ayant récemment contracté l’infection : le caractère dangereux d’un type de combinaison n’exclut pas la possibilité d’en utiliser d’autres.

les conquêtes ne sont pas considérées comme acquises. Les deux pauses à quelques jours d’intervalle nous rappellent que derrière les vaccins et les médicaments, fleuron de la médecine moderne, il y a des années de travail acharné – même des arrêts temporaires, des changements de direction, des ajustements.

A ne pas manquer

Un nouveau traitement pourrait-il guérir les acouphènes ?

Les acouphènes sont l'un des troubles auditifs les plus courants : ils touchent 10 à 15 % de la population mondiale, mais nous ne...

Le covid long se présente sous quatre formes différentes

La guérison des covariables n'est pas toujours aussi facile que de lire "négatif" sur le résultat d'un prélèvement. Certaines personnes, même celles qui ont...

Covid à l’hôpital : de meilleurs soins, moins de décès

La diminution (significative) de la mortalité des patients atteints de covidés admis dans les hôpitaux depuis le début de la pandémie est sans équivoque....

Journée mondiale de la polio 2020

À l'occasion de la Journée mondiale de la polio 2020 (World Polio Day), le sort de cette maladie, de plus en plus proche de...

Articles associés

Un nouveau traitement pourrait-il guérir les acouphènes ?

Les acouphènes sont l'un des troubles auditifs les plus courants : ils touchent 10 à 15 % de la population mondiale, mais nous ne...

Le covid long se présente sous quatre formes différentes

La guérison des covariables n'est pas toujours aussi facile que de lire "négatif" sur le résultat d'un prélèvement. Certaines personnes, même celles qui ont...

Covid à l’hôpital : de meilleurs soins, moins de décès

La diminution (significative) de la mortalité des patients atteints de covidés admis dans les hôpitaux depuis le début de la pandémie est sans équivoque....

Journée mondiale de la polio 2020

À l'occasion de la Journée mondiale de la polio 2020 (World Polio Day), le sort de cette maladie, de plus en plus proche de...