Peut-on conduire avec une côte cassée ?

0
695
Tenter de conduire avec une côte cassée

La côte cassée peut survenir à tout moment et rendre difficile certains gestes du quotidien. Mais qu’en est-il de la conduite ?

La fracture de la côte est malheureusement courante, que ce soit après une chute, un accident de voiture ou une blessure sportive. Mais elle est très douloureuse et handicapante, au point que l’on se demande s’il est toujours possible de conduire lorsque l’on souffre d’une côte cassée. Découvrez notre réponse et nos conseils pour limiter les risques au volant après une fracture de la côte.

Côte cassée : quels symptômes ?

Radio d'une côte cassée

Comment savoir si j’ai une côte cassée ? Le réflexe à avoir en cas de doute est d’évaluer l’intensité de la douleur. Si vous avez une côte cassée, la douleur est intense et aiguë, elle gêne la respiration profonde et elle s’intensifie lorsque vous toussez. La douleur causée par une côte cassée peut durer plusieurs semaines. 

En cas de doute, consultez un médecin qui va vérifier avec une simple pression sur la côte s’il y a suspicion de fracture. Ensuite, une radio et un scanner devront être faits pour confirmer la fracture de la côte et vérifier s’il y a des complications, notamment au niveau des organes vitaux comme les poumons et le foie, qui sont normalement protégés par la cage thoracique.

Combien de temps pour guérir d’une côte cassée ?

Le traitement d’une côte cassé dépend de la gravité de la lésion, du nombre de côtes cassées et des éventuelles complications. Généralement, en l’absence de complications, les douleurs intenses peuvent durer 2 semaines et la consolidation complète des os dure 6 à 8 semaines. Le temps de guérison d’une fracture de la côte est plus long si une hospitalisation est nécessaire, en cas de complications. 

Conduire avec une côte cassée, c’est possible ?

Mise en place d'un corset en cas de côte cassée

La côte cassée est très douloureuse et peut être invalidante tant la douleur est vive. Conduire avec une côte cassée peut donc être difficile. Cependant, certaines personnes n’ont pas le choix et ne peuvent pas arrêter de conduire pendant 2 mois le temps que les os se consolident ! S’il n’est pas conseillé de conduire avec une côte cassée car cela peut réveiller la douleur, cela reste possible. 

Il faut alors réduire au maximum le temps de conduite avec la côte cassée. En effet, la conduite demande quand même de faire quelques mouvements comme changer les vitesses ou appuyer sur les pédales qui peuvent être inconfortables avec une côte cassée. De même, le mouvement saccadé de la voiture sur la route peut intensifier les douleurs. Il devient alors plus difficile de se concentrer sur sa conduite.

Pour ceux qui ont besoin de conduire pour se rendre au travail, sachez qu’une côte cassée donne droit à un arrêt de travail qui varie de 7 jours pour un travail sédentaire à 28 jours pour un travail physique, jusqu’à 42 jours si plusieurs côtes sont cassées. 

Quels sont les risques de conduire avec ce type de fracture ?

Il y a tout de même des risques à conduire avec une côte cassée. Tout d’abord, l’inconfort peut causer un manque de concentration, qui est pourtant indispensable au volant.

Mais la conduite peut aussi aggraver la douleur et causer des blessures supplémentaires, notamment en cas d’impacts brusques comme un nid-de-poule. De plus, si vous prenez des antidouleurs, ils peuvent causer une somnolence au volant et s’avérer dangereux !

‍Nos conseils pour limiter les risques au volant

Il est possible de conduire avec une cote cassée en respectant certains éléments

Pour limiter les risques au volant avec une côte cassée, attendez que la douleur ait suffisamment diminué pour reprendre la route. En général, l’intensité de la douleur réduit au bout de 2 semaines. Il faut que vous puissiez à nouveau bouger librement pour pouvoir reprendre le volant en toute sérénité. 

Si jamais, alors que vous conduisez, vous ressentez une douleur intense, arrêtez-vous et reposez-vous un peu avant de reprendre la route. Dans l’idéal, il est conseillé d’être toujours accompagné pour pouvoir changer de conducteur en cas de douleur trop intense. Par exemple si vous conduisez pour vous rendre au travail, faites du covoiturage au moins le temps de guérir de votre fracture de la côte.

En cas de doute, ne prenez pas le volant. Sinon, soulagez la pression avec des coussins derrière le dos pour éviter que la conduite n’aggrave l’intensité de la douleur. Evitez les manœuvres brusques et les routes mal entretenues autant que possible et faites souvent des pauses si le trajet est long. Ainsi, vous pourrez conduire avec l’esprit tranquille en minimisant les risques pour vous – mais aussi pour les autres conducteurs ou pour vos passagers. 

Peut-on marcher longtemps avec une côte cassée ?

Vous préférez marcher que conduire pour limiter les risques ? Lorsque l’on est en convalescence, il est très important de continuer à marcher. Cependant, marcher avec une côte cassée peut aggraver la douleur et ralentir la récupération, d’autant plus que l’on peut avoir tendance à être plus facilement essoufflé car la respiration profonde est gênée par la fracture.

La marche peut donc être bénéfique, mais uniquement si elle est réalisée avec précaution, sans trop forcer, en évitant les gestes brusques, et en accord avec votre médecin. Evitez donc de trop marcher dans les premières semaines de votre convalescence. 

Conduire lorsque l’on a une côte cassée est risqué, que ce soit pour vous, pour vos passagers et pour les autres usagers de la route. Mais la solution n’est pas non plus de tout faire à pied ! L’idéal est de se reposer, au moins pendant les 2 premières semaines lorsque la douleur est encore intense et invalidante. Vous pourrez reprendre la conduite et la marche lorsque vous serez un peu plus mobile, pour accompagner votre convalescence sans aggraver les symptômes de la côte cassée.

Article précédentLes techniques d’épilation maison les plus saines : l’art de la peau douce
Article suivantCBD et CBG : une approche naturelle pour le bien-être et la santé