La toxicomanie, un problème de santé publique en pleine expansion

La toxicomanie, un problème de santé publique qui ne cesse d’augmenter. C’est ce qu’affirment la Fundación de Ayuda contra la Drogadicción (FAD) et l’expert en traitement Xavier Fàbregas, dans le cadre de la Journée mondiale contre les drogues, le 26 juin. Une maladie qui est passée d’une préoccupation majeure à un camouflage parmi les problèmes quotidiens.

Sortir avec des amis, boire quelques verres et rentrer en rampant. « Des choses que nous avons tous vécues à un moment de notre vie », confesse le Dr Xavier Fàbregas, fondateur du Mas Ferriol, un centre spécialisé dans le traitement des addictions et de la santé mentale.

Une consommation de drogues légales, dit Fábregas, qui se fait dans le but de socialiser et de passer un bon moment.

Cependant, lorsque ce but n’est plus de passer du bon temps, mais d’échapper aux problèmes, c’est là que la sonnette d’alarme se déclenche.

Et c’est que l’expression « noyer son chagrin dans l’alcool » n’est pas dite pour rien. Selon l’expert, c’est pour cette raison même qu’une dépendance de ce calibre commence.

« Il faut savoir que ce qui génère la dépendance n’est pas tant la recherche du plaisir que la recherche de la non-douleur. Vous avez des problèmes avec ces substances parce que la consommation est faite pour arrêter la pensée. Pour arriver à ce moment où vous ne ressentez plus rien », précise le Dr Fàbregas.

Selon la Fondation d’aide contre la toxicomanie (FAD), il s’agit de l’un des problèmes de santé publique les plus graves auxquels la société est confrontée.

Se présentant toujours comme un problème de première ligne, la préoccupation de la population à l’égard de la consommation de drogues est passée de la deuxième à la vingtième place, selon les données du Centre de recherche sociologique (CIS).

La consommation de drogues est en hausse dans le monde

Environ 275 millions de personnes ont consommé une drogue au cours de l’année écoulée, soit une augmentation de 22 % depuis 2010. Et plus de 36 millions de personnes ont de graves problèmes de toxicomanie.

Ce sont les données du Rapport mondial sur les drogues 2021 que l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a publié à l’occasion de la Journée mondiale de la drogue.

Pour la directrice générale de la FAD, Beatriz Martín Padura : « Les données inquiétantes fournies par le rapport de l’ONU nous rappellent que la consommation de drogues reste l’un des plus grands problèmes de santé publique auxquels nous sommes confrontés et que nous ne pouvons pas nous en désintéresser. »

La consommation a augmenté en particulier dans les pays en développement en raison de la croissance démographique, de l’arrivée d’une nouvelle génération de drogues synthétiques moins chères, de l’expansion de l’utilisation d’opioïdes tels que le tramadol en Afrique et de la puissance accrue de ces substances, ce qui a entraîné une augmentation de la létalité et des décès par overdose, notamment dans ces pays.

En revanche, en Europe, les décès par overdose avoisinent les 8 500, ce qui est loin des plus de 50 000 décès dus aux opioïdes aux États-Unis.

Les Nations unies prévoient que d’ici à 2030, le nombre de personnes consommant des drogues augmentera de 11 %, ce chiffre pouvant atteindre 40 % dans certains pays africains.

Pour Martín Padura, ces données « doivent nous faire réfléchir à notre responsabilité. En Espagne, nous avons connu une grande crise dans les années 80, mais avec beaucoup d’efforts et de ressources, la situation s’est stabilisée, même s’il s’agit sans aucun doute d’un problème de santé grave ».

« Dans les pays plus défavorisés qui ne disposent pas des mêmes ressources, notamment en Afrique, la drogue est une épidémie qui compromet leurs chances de développement. Il est de la responsabilité mondiale de prendre des mesures de soutien conjointes, notamment des mesures de prévention, pour mettre fin à cette escalade », ajoute-t-il.

Selon les Nations unies, la drogue la plus populaire est le cannabis, avec environ 200 millions de consommateurs, suivi des opioïdes avec 62 millions, et de la cocaïne avec 20 millions.

Les drogues sont moins préoccupantes qu’auparavant

« Il y a beaucoup, beaucoup d’autres choses qui nous préoccupent plus officiellement que le problème de la toxicomanie. Pour la population générale, le chômage, la situation politique, la corruption ou le changement climatique restent des sujets de préoccupation. Des questions qui ont plus d’intérêt public que le problème de la drogue », regrette le Dr Fàbregas.

C’est pourquoi le spécialiste du traitement des dépendances lance un message fort à l’occasion de la Journée mondiale contre la drogue : on peut sortir de la drogue, mais il faut le faire avec un message totalement différent de celui qui a été donné jusqu’à présent, au-delà de l’abstinence.

Lorsqu’on parle de drogues, beaucoup de gens pensent à des choses comme la cocaïne, l’héroïne ou d’autres types de « drogues de synthèse ». Mais le concept va plus loin.

« Les drogues sont des substances qui ont le pouvoir de générer une dépendance. Et nous définirions la dépendance comme l’utilisation de la drogue malgré les conséquences négatives qui l’accompagnent. »

Le spécialiste précise donc que l’alcool, si présent dans notre vie quotidienne, est également considéré comme un type de drogue.

Cependant, elle n’est pas perçue comme un facteur de risque, comme c’est de plus en plus le cas pour des drogues comme le cannabis, car la « culture méditerranéenne s’est installée » dans notre société.

« En Méditerranée, il est normal que nous célébrions tout avec de l’alcool. Baptêmes, communions, mariages… Nous l’avons assimilé à une consommation normale, mais cela ne veut pas dire que, pour d’autres personnes, c’est un très gros problème de santé ».

Suivant cette définition, le Dr Fàbregas précise que les médicaments ou même la malbouffe peuvent également être considérés comme des médicaments.

« Nous savons qu’il y a beaucoup de substances qui sont ajoutées à la malbouffe pour la rendre plus addictive. C’est génial, mais c’est la même chose qui a été faite avec le tabac. Il y a des tonnes d’arômes et de substances qui sont uniquement destinés à rendre cet aliment plus addictif. »

Un autre élément dans une liste sans fin de fronts de bataille à combattre pour parvenir à une société saine.

Les médicaments, quant à eux, peuvent avoir été prescrits, mais ce qui a commencé par une ordonnance peut aussi se terminer par une dépendance, dit-il.

Un motif plus personnel

Selon le Dr Fàbregas, une dépendance est considérée comme n’importe quelle autre maladie, mais avec une caractéristique particulière : c’est la seule dans laquelle le patient fait tout pour se rendre plus malade.

« Avec la pneumonie, on ne se met pas à la fenêtre en hiver pour attraper un mauvais rhume. D’autre part, dans les addictions, il y a ce facteur contradictoire. Vous devez comprendre que l’origine des addictions n’est pas logique ».

Un profil plus jeune

Cet expert prévient que le profil des toxicomanes est de plus en plus jeune. Aujourd’hui, trouver des jeunes de 13 ans en train de fumer avant un cours, explique-t-il, n’est plus choquant.

« Malheureusement, nous constatons que les gens commencent à consommer à un âge très précoce ».

Selon le médecin, l’erreur réside dans le message qui a été lancé sur les drogues, dans lequel prédominent les interdictions et les limitations.

« Il est très difficile d’apprendre avec ces messages négatifs. Il faut faire comprendre aux gens que c’est précisément le côté positif des drogues qui les rend accros. Parce que si l’expérience est très désagréable, personne ne la répétera », dit-il.

« Je pense que ce message qui parlait du toxicomane comme d’un perdant a été très bien reçu. Comme un perdant parce qu’il perdait ces choses importantes dans sa vie de tous les jours. Et que ce que nous devions faire, c’était de les récupérer à nouveau, afin qu’ils servent de compensation à ce renoncement », conclut-il.

A ne pas manquer

Articles associés