S’asseoir droit, un conseil discutable

Nous avons toujours entendu, et cru, que s’asseoir droit est la chose la plus recommandable pour la santé de notre dos, mais il s’avère qu’il n’existe aucune preuve scientifique à l’appui. Certaines études soulignent qu’il s’agit d’un conseil discutable.

Ils affirment également qu’au bout d’un certain temps, la plupart des gens abandonnent la position verticale d’une manière ou d’une autre, et soulignent les avantages des positions que notre corps adopte spontanément en position assise.

Ainsi nous dit à EFEsalud, Martín E. Barra López professeur associé du Département de physiothérapie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Universitat Internacional de Catalunya (UIC).

Barra López soutient que le modèle construit repose plus sur des conventions culturelles et sociales que sur autre chose, et se demande « s’il s’avère que nous devons tous sauter à travers des cerceaux ».

Il fait allusion aux pharaons égyptiens : « Ils ont été les premiers à utiliser des chaises comme élément cérémoniel alors que les membres de leur cour se tenaient autour d’elles. »

Ce qui est curieux dans cette affaire, fait-il remarquer, c’est qu’au bout d’un certain temps, les trônes qu’ils ont construits, comme celui de Toutankhamon, avaient le dossier incliné vers l’arrière.

L’ancien président des États-Unis, J.F. Kennedy, qui souffrait d’un terrible mal de dos, s’asseyait toujours dans une chaise à bascule, ce qui lui permettait d’avoir le dos penché vers l’arrière.

D’autre part, il est toujours mieux vu qui marche ou apparaît dans la vie avec le dos droit que courbé et les épaules affaissées.

S’asseoir avec le dos droit

Cela signifie-t-il qu’il est préférable de s’asseoir avec le dossier du siège légèrement incliné ?

Eh bien, oui et non. Nous devons également tenir compte des différences morphologiques des personnes et des pathologies dont elles peuvent souffrir.

Contrairement à la posture droite, il existe d’autres modes d’assise qui peuvent être combinés.

Par exemple, s’asseoir sur le bord de la chaise, les genoux pliés et le bassin légèrement incliné vers l’avant.

Cette posture nous permet de relâcher la contraction musculaire et diminue la pression sur nos disques intervertébraux.

Un ballon de Pilates, explique-t-il, a « ses avantages », en raison du « certain déséquilibre qui stimule l’activité musculaire et parce qu’il vous permet de lancer votre poids vers l’avant ou vers l’arrière ».

« Mais la clé est le timing, pas la posture. »

« Vous devez bouger. Il faut se lever de temps en temps, car toute posture, si elle est maintenue pendant des heures, peut provoquer des douleurs ou de la fatigue. »

Tout dépend de la dose

En bref : tout dépend de la dose.

Et si, pour quelque raison que ce soit, on ne peut pas bouger de la chaise, il est recommandé d’adopter différentes postures, « mais construire une posture unique par définition est absurde. »

Les postures plus courbes sont également plus détendues.

Des recherches indiquent que les personnes qui s’assoient de manière intuitive, sans suivre une règle préétablie, sont plus assises et signalent moins de douleurs.

Selon lui, et malgré les innombrables recommandations concernant la position assise droite et les nombreuses tentatives de conception de chaises ergonomiques, qui, selon lui, n’ont pas abouti, la grande majorité des gens sont incapables de maintenir cette position.

Et, ajoute-t-il, il y a ceux qui associent le mal de dos au fait de forcer une posture droite.

C’est ainsi que se réfère un article présenté en 2006 au congrès de la Radiological Society of North America, avec les résultats d’examens IRM de sujets assis : « Avez-vous mal au dos ? Le fait de s’asseoir droit peut être en cause ».

On peut dire la même chose de nos genoux, de nos pieds, de nos coudes ou de nos poignets.

Si l’on suit à la lettre les instructions de la seule posture recommandée comme saine et que l’on ne bouge pas fréquemment, après quelques heures de travail, on constate une surcharge.

Et pour conclure, il est clair qu’il n’est pas confortable de s’allonger dans un fauteuil à bascule pour télétravailler, mais « la chaise ergonomique ultime n’a pas encore été inventée non plus ».

Ainsi, Barra López nous invite à échanger des postures, même assis sur la même chaise, sans craindre de croire que toutes les postures qui n’impliquent pas d’avoir le dos droit sont mauvaises.

Et si vous le pouvez, bien sûr, l’essentiel est de vous lever fréquemment, conclut-elle.

A ne pas manquer

Articles associés