Selon une étude, les enfants giflés sont plus sujets à des problèmes mentaux pendant une bonne partie de leur enfance

Les enfants qui sont giflés ou punis physiquement dès l’âge de trois ans peuvent alors avoir plus de problèmes de santé mentale et de comportement jusqu’à l’âge de 14 ans que les enfants qui ne sont pas giflés, selon une étude publiée dans Child Abuse and Neglect et menée par des chercheurs de l’University College London.

Pour obtenir leurs résultats, les chercheurs ont utilisé les données de plus de 8 000 enfants inclus dans une grande enquête longitudinale britannique. Les données ont été collectées entre 2000 et 2001 et ont été prises à six moments de la propre enfance des participants : neuf mois et trois, cinq, sept, 11 et 14 ans.
Les données concernant l’habitude de gifler ou de punir physiquement et non physiquement les enfants ont été recueillies par le biais de questions posées à leurs parents.

D’autres types de données ont également été recueillies, notamment sur les conflits parentaux, l’abus d’alcool et les troubles psychiatriques, qui peuvent tous affecter la santé mentale d’un enfant. Enfin, toutes ces données ont ensuite été comparées au bien-être mental et au comportement des enfants.
Au final, les chercheurs ont constaté que deux tiers des enfants participant à l’étude ont vécu au moins une expérience négative avant l’âge de trois ans, tandis que près d’un sur cinq en a vécu deux et qu’un sur six en a vécu trois ou plus.

Les expériences négatives sont définies comme des facteurs tels que la dépression des parents, la gravité des problèmes parentaux, les gifles, l’usage de la force par les parents dans le but de punir et l’abus d’alcool par ces mêmes parents.
Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que les punitions physiques et la sévérité des parents en général pouvaient être associées à des résultats plus mauvais concernant la santé mentale des enfants, de l’enfance à l’adolescence. Les défauts de santé mentale comprennent, par exemple, les problèmes d’extériorisation et les accès de colère.

« Nos conclusions sur les liens étroits entre la sévérité des pratiques parentales et des châtiments corporels et la mauvaise santé mentale pendant l’enfance et l’adolescence envoient un message clair aux décideurs politiques sur la nécessité de protéger les enfants et d’éduquer les parents », explique Leonardo Bevilacqua de l’UCL, qui est aussi le premier auteur de l’étude.

A ne pas manquer

Articles associés