Trois vers parasites peuvent « sauter » chez l’homme, une probabilité élevée selon une nouvelle étude

Une équipe de chercheurs est parvenue à la conclusion que trois espèces de vers parasites des chiens et des chats qui ne sont pas connues pour infecter les humains pourraient faire le « saut » vers l’homme avec une probabilité supérieure à 70 % dans un avenir prévisible.
Les chercheurs expliquent que les relations étroites que de nombreuses personnes entretiennent avec leurs animaux domestiques sont la principale raison de cette estimation, comme le rapporte Ania Majewska, chercheuse à l’école d’écologie Odum de l’université de Géorgie, qui a réalisé l’étude.

Vers parasites

Les vers parasites, également appelés helminthes, font partie des parasites les plus courants chez l’homme. Comme l’explique le communiqué de l’université américaine, on estime que 1,5 milliard de personnes sont infectées par des vers parasites (chiffre de l’OMS). Certains de ces vers peuvent également provoquer des maladies graves comme la filariose ou la schistosomiase.

Vers parasites chez les animaux domestiques

Les vers parasites peuvent également infecter les animaux de compagnie. Selon l’étude, les animaux de compagnie sont désormais pratiquement omniprésents et vivent souvent en contact étroit avec les humains pour se nourrir et s’abriter. En outre, les animaux domestiques que nous avons chez nous peuvent souvent chasser des animaux sauvages et en consommer des parties, et en général, ils peuvent empiéter sur l’habitat sauvage en se promenant. Les possibilités que le « saut », c’est-à-dire le passage infectieux d’un ver d’un animal sauvage à l’homme, se produise semblent donc assez probables.

Anisakis simplex

Il existe également des risques d’être infecté par des vers parasites en mangeant du poisson cru (dans certains cas, insuffisamment cuit). Par exemple, il existe un nématode, Anisakis simplex, qui peut provoquer la maladie du « ver du hareng » et qui infecte des milliers de personnes chaque année.
L’Anisakis simplex, après s’être développé sous forme d’œufs dans les fèces du premier (mais aussi du dernier) organisme de la chaîne, éclot dans l’océan, survivant dans la mer pendant plusieurs jours. Il est ensuite consommé par un organisme intermédiaire, généralement le krill, qui se développe sous forme de larve dans le corps de ce dernier. Le krill est ensuite mangé par un autre organisme, généralement un poisson (comme un saumon, un maquereau ou un calmar), qui atteint le cycle de vie final lorsque le poisson est ingéré par un mammifère marin. Dans cet organisme final, il produit des œufs qui sont ensuite excrétés dans les fèces, ce qui relance le cycle.

L’étude

Les chercheurs se sont concentrés sur 737 espèces de parasites qui ont l’habitude d’infecter les mammifères sauvages ou domestiques. 137 d’entre eux sont déjà connus pour infecter les humains.
À l’aide d’un programme d’apprentissage automatique, les chercheurs ont déterminé quelles caractéristiques pouvaient être liées à la transmission à l’homme.
Les chercheurs ont constaté que ce sont les vers qui infectent les animaux domestiques ou les poissons qui sont les plus susceptibles d’infecter les humains. Même les parasites les plus répandus géographiquement étaient plus susceptibles d’infecter les humains.

Paramphistomum cervi, Schistocephalus solidus et Strongyloides papillosus

Enfin, ils ont « filtré » trois espèces de parasites, pour lesquelles il n’existe actuellement aucun cas connu d’infection chez l’homme, qui ont la plus forte probabilité de faire le « saut » : Paramphistomum cervi (présent chez les bovins et divers animaux sauvages), Schistocephalus solidus (un ténia qui infecte les poissons et peut également être présent chez les oiseaux et les rongeurs) et Strongyloides papillosus (bovins, porcs, moutons, chèvres, lapins et rats).
Selon les chercheurs, ces trois espèces sont « susceptibles d’infecter l’homme » et devraient donc être mieux étudiées et « surveillées ».

Notes

  • Les vers parasites des chiens et des chats peuvent sauter sur l’homme
  • Prédicteurs du potentiel zoonotique des helminthes | Philosophical Transactions of the Royal Society B : Biological Sciences (DOI : 10.1098/rstb.2020.0356)
  • Anisakis simplex – English Wikipedia
  • A ne pas manquer

    Articles associés