Drogues psychédéliques, les chercheurs déterminent les personnes les plus à risque d’effets indésirables en fonction de leur personnalité

Les drogues psychédéliques sont de plus en plus utilisées dans les thérapies pour les troubles mentaux, mais la principale préoccupation reste la même quant aux effets négatifs que ces drogues peuvent avoir sur les patients. Une nouvelle étude fournit des informations sur les personnes qui sont les plus susceptibles, en fonction de leurs traits de personnalité, d’avoir des expériences négatives ou positives avec les psychédéliques.

Selon des chercheurs de l’université d’État de l’Ohio, les personnes les plus ouvertes aux nouvelles expériences et les plus « disposées à s’abandonner à l’inconnu » sont celles qui ont le plus de chances de vivre des expériences positives en prenant des psychédéliques.
En revanche, les sujets qui sont habituellement plus inquiets ou plus appréhensifs sont plus susceptibles de vivre des expériences négatives. Aucune différence n’a été constatée entre les hommes et les femmes.[1]
Les méthodes utilisées par les chercheurs et leurs résultats sont décrits dans une nouvelle étude parue dans ACS Pharmacology &amp ; Translational Science.[2]

Les chercheurs se sont appuyés sur 14 études publiées précédemment, toutes traitant des traits de personnalité et des humeurs en association avec des expériences positives ou négatives impliquant des psychédéliques. Alan Davis, professeur adjoint à l’université susmentionnée et auteur principal de l’étude, explique dans un article paru sur le site web de la même université américaine annonçant l’étude, [1] que ces résultats suggèrent qu’il serait peut-être utile d’utiliser des doses plus faibles au cours des premières fois afin que les sujets qui doivent prendre des psychédéliques comme thérapie soient moins anxieux. Puis, plus tard, des doses plus importantes peuvent être administrées.

Notes et

A ne pas manquer

Articles associés