Le syndrome des jambes sans repos : une affection courante mais sous-diagnostiquée

Le sommeil interrompu et non structuré est l’une des principales conséquences du syndrome des jambes sans repos (SJR), une maladie neurologique qui touche 5 à 10 % de la population adulte et 2 à 4 % des enfants et adolescents européens. À l’occasion de la Journée mondiale du syndrome des jambes sans repos, le 23 septembre, nous vous rappelons ses symptômes et d’autres détails.

Le syndrome des jambes sans repos, également connu sous le nom de maladie de Willis-Ekbom, est une pathologie neurologique qui constitue l’un des troubles du mouvement les plus courants.

La société espagnole de neurologie (SEN) estime qu’en Espagne, plus de 2 millions de personnes souffrent de cette maladie et qu’environ 20 % d’entre elles souffrent d’une forme grave de ce syndrome.

Dans le monde, elle touche 5 à 10 % de la population adulte et 2 à 4 % des enfants et adolescents européens.

Elle est plus fréquente chez les femmes, dans un rapport de 2:1 par rapport aux hommes, et bien qu’aux premiers âges il n’y ait pas de différences dans la distribution des sexes, à la fin de l’adolescence elle commence à être plus fréquente chez les filles.

Une maladie fortement sous-diagnostiquée

Certaines études suggèrent que seuls 10 % des cas seraient diagnostiqués et que ce chiffre est encore plus faible dans l’enfance.

Dans certains cas, il peut même s’écouler jusqu’à 10 ans avant qu’un diagnostic correct de la maladie soit posé.

« L’évolution de cette maladie est fluctuante, avec des périodes où les symptômes sont plus légers et d’autres où ils sont plus intenses et détériorent la qualité de vie », explique le Dr Ana Fernández Arcos, coordinatrice du groupe d’étude sur les troubles de l’éveil et du sommeil de la société espagnole de neurologie.

« Dans certains cas, la gêne peut être intense et se manifester même pendant la journée et peut également concerner d’autres parties du corps, comme les membres supérieurs ou l’abdomen », ajoute le spécialiste.

Pour cette raison, il est fréquent que certains patients la confondent avec une gêne due à une mauvaise circulation et, dans certains cas, ce n’est que lorsqu’elle implique un mauvais repos, avec insomnie ou somnolence pendant la journée, qu’ils consultent.

Quels sont les symptômes du syndrome des jambes sans repos ?

Cette pathologie neurologique se caractérise par une gêne décrite comme des picotements, des brûlures, des crampes, une agitation et/ou des douleurs dans les jambes.

Ces sensations désagréables apparaissent ou s’aggravent généralement pendant le repos, le soir ou au crépuscule. Dans de nombreux cas, cela rend difficile l’endormissement des patients ou déclenche des réveils.

Dans ses formes graves, le syndrome des jambes sans repos est une affection très invalidante. Des études récentes soulignent la forte prévalence de symptômes associés tels que des douleurs intenses, l’insomnie, la dépression ou l’anxiété chez les patients adultes.

Dans le cas du syndrome des jambes sans repos en pédiatrie, la présentation clinique de la maladie diffère de celle des adultes.

Ceci, ajouté au fait que les explications des enfants sont souvent plus vagues, signifie que jusqu’à 40 % des adultes nouvellement diagnostiqués déclarent que leurs symptômes ont commencé dans l’enfance.

Dans le groupe d’âge pédiatrique, il est fréquent que les enfants décrivent des symptômes tels que des démangeaisons, des secousses ou une trop grande énergie dans les membres.

« Il est important de souligner l’importance pour les patients et leurs familles de reconnaître et de consulter un médecin pour des symptômes tels que ceux décrits ci-dessus, ainsi que l’importance des soins primaires pour reconnaître et orienter vers la neurologie les patients souffrant de troubles du sommeil, de troubles de l’humeur et d’inconfort dans les membres », déclare le Dr Fernández Arcos.

Deux types de syndrome des jambes sans repos : primaire ou secondaire.

Le syndrome des jambes sans repos peut être primaire ou secondaire.

Les causes les plus fréquentes du syndrome secondaire des jambes sans repos sont la carence en fer, l’insuffisance rénale, les neuropathies, la grossesse, les lésions de la moelle épinière, certains médicaments ou d’autres causes neurologiques.

« Dans ces cas, il faut traiter la cause autant que possible en retirant les médicaments en cause et en fournissant des suppléments de fer en cas de carence », précise le spécialiste.

En revanche, la cause des formes primaires n’est pas entièrement claire, bien que certains auteurs estiment que le SJSR primaire est héréditaire dans 50 à 92 % des cas.

« Chez les patients atteints de SJSR primaire, nous pouvons proposer des traitements lorsque les symptômes interfèrent avec la qualité de vie », explique le neurologue.

« Dans tous les cas, et surtout chez les enfants, où le traitement pharmacologique n’est recommandé que dans les cas les plus graves, il est encore plus important d’établir des règles d’hygiène du sommeil adéquates dans le cadre du traitement de cette maladie », conclut-elle.

A ne pas manquer

Articles associés